1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès de la "sextape" : "Il attend que son honneur soit lavé" déclare l'avocat de Benzema
1 min de lecture

Procès de la "sextape" : "Il attend que son honneur soit lavé" déclare l'avocat de Benzema

Le parquet de Versailles a requis 10 mois de prison avec sursis et 75.000 euros d'amende à l'encontre de l'international français, Karim Benzema, ce jeudi 21 octobre. Pour son avocat ces demandes sont disproportionnées.

Karim Benzema avec l'Équipe de France le 10 octobre 2021
Karim Benzema avec l'Équipe de France le 10 octobre 2021
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Julien Sellier - édité par Étienne Bianchi

La justice n'en a pas fini avec Karim Benzema. Dans le cadre du procès du chantage à la sextape, le parquet a requis, ce jeudi 21 octobre, 10 mois de prison avec sursis et 75.000 euros d'amende à l'encontre de l'international français. Un réquisitoire qui agace les avocats du joueur du Real Madrid. 

"On ne s'attendait pas à entendre le procureur requérir ouvertement que Karim Benzema ne devait pas être jugé devant n'importe qui", déplore l'un de ses avocats, Antoine Vey. En effet, durant son réquisitoire, le procureur avait déclaré que Karim Benzema était une "personnalité publique" et qu'il "savait ce qu'il faisait". 

Or, pour ses avocats Karim Benzema n'a "rien fait d'infractionnel, il n'y a pas les éléments qui caractérisent l'infraction pour laquelle il est poursuivi". Antoine Vey estime "qu'il n'est pas normal de requérir une peine d'exception au regard de sa notoriété" contre le joueur de l'Équipe de France, récemment vainqueur de la Ligue des Nations.  

Plaider la relaxe

Les défenseurs de Karim Benzema comptent, dès demain, plaider la relaxe de leur client en soulignant qu'il s'agissait d'une "affaire difficile". Selon Antoine Vey, Karim Benzema attend que son "honneur soit lavé" avant d'ajouter que ce procès "faisait beaucoup de mal" à son image. 

À lire aussi

Sur l'absence de son client lors de ce procès, Antoine Vey fait valoir le droit de chaque justiciable "en cas d'empêchement professionnel" de se faire représenter par un avocat. Les défenseurs de l'international français prendront la parole au cours du procès vendredi 22 octobre. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/