1 min de lecture Justice

Rouen : la police accusée de racisme, l'IGPN saisie

Des policiers rouennais échangeaient des propos racistes sur une conversation WhatsApp jusqu'à ce qu'un collègue, tombé par hasard sur l'échange, dépose plainte. L'IGPN a été saisie.

>
Rouen : la police accusée de racisme, l'IGPN saisie Crédit Image : AFP / FRANCOIS GUILLOT | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze édité par Chloé Richard-Le Bris

L'affaire dure depuis plusieurs mois. Des fonctionnaires de l'Unité d'assistance administrative et judiciaire s'envoyaient des messages privés sur WhatsApp, sur un groupe rempli de propos nauséabonds, homophobes, discriminatoires et racistes. La police des polices est saisie.

Une dizaine de policiers rouennais participaient à cette discussion depuis plusieurs mois, soit par des messages écrits, soit par des messages vocaux. Les insultes haineuses s'enchaînent, ils parlent des mis en cause dont ils s'occupent. Ils les qualifient de "nègres", de "bougnouls", de "sales juifs", des échanges racistes sans équivoques. Les policiers déroulent également des thèses complotistes, sexistes

C'est par hasard, qu'un de leur collègue, un policier noir lui aussi visé par ces insultes, est tombé sur ces échanges. L'homme a immédiatement déposé plainte le mois dernier. Le procureur de la République de Rouen a confié l'enquête à l'IGPN. Les enquêteurs de la police des polices doivent désormais remonter le fil de cette conversation nauséabonde, identifier tous les participants et ensuite définir pour chacun d'entre eux s'ils ont ou non, manqué au code déontologique de la police, en vue d'une possible suspension.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice IGPN Rouen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants