2 min de lecture Nouvel An

Rave party en Ille-et-Vilaine : 1.600 verbalisations, les organisateurs recherchés

Près de la moitié des participants de la fête sauvage, qui a rassemblé plus de 2.500 personnes à Lieuron (Ille-et-Vilaine), ont été verbalisés. Les organisateurs sont activement recherchés.

000_8Y27PE
000_8Y27PE Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

La rave party est finie. La gendarmerie est intervenu ce samedi 2 janvier pour évacuer les derniers participants de cette fête sauvage, qui a rassemblé environ 2.500 personnes depuis jeudi à Lieuron, au sud de Rennes, pour fêter le Nouvel An. Plus de 1.600 verbalisations ont été effectuées et le matériel saisi, selon le ministre de l'Intérieur.

Gérald Darmanin a également ajouté sur Twitter : "Camion, matériel de sons et générateurs ont été saisis dans le lieu de la rave party illégale. L’enquête se poursuit et les gendarmes poursuivent leurs investigations et leurs contrôles afin que cet événement illicite soit durement sanctionné."

Dès 5h30 ce samedi, les fêtards ont commencé à quitter ce hameau de la campagne bretonne et à 10h15 le site était sous contrôle des forces de l'ordre, a expliqué la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Plus de 800 verbalisations ont été dressées au titre des infractions Covid, pour non respect du couvre-feu, non port du masque et participation illicite à un rassemblement, a détaillé Emmanuel Berthier, préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne.

Toujours selon le préfet, plusieurs centaines d'amendes délictuelles ont été dressées pour usage de stupéfiant et 400 personnes faisaient encore l'objet de contrôles au moment de la conférence de presse samedi en fin de matinée.

Les organisateurs toujours recherchés

À lire aussi
famille
Affaire Magali Blandin : le rôle des beaux-parents s'éclaircit

Les organisateurs sont toujours recherchés ce samedi. Le général commandant la région de gendarmerie de Bretagne, Pierre Sauvegrain a par ailleurs déclaré qu'ils avaient mis en place "une organisation extrêmement fugace, avec des points de chute nombreux". Jeudi soir, les gendarmes avaient tenté en vain "d'empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs", avait expliqué la préfecture d'Ille-et-Vilaine vendredi.

Les participants interrogés justifient leur venue. "Ça fait un an qu'on ne peut plus rien faire", explique un des teufeurs, Antoine, 24 ans, commercial. Il fait partie d'un groupe de cinq bretons venus du Morbihan participer à cette fête. Les traits tirés, une bière à la main, ils étaient "venus fêter le 31 ici parce que c'était une grosse teuf". "On savait ce qu'on risquait... il fallait faire la fête, depuis un an tout est bloqué", lâche une fille du groupe, serveuse, âgée de 20 ans.

Côté judiciaire une enquête a été ouverte pour "organisation illicite d'un rassemblement festif à caractère musical", "violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique", "dégradation du bien d'autrui en réunion" ou encore "travail dissimulé", "tenue illicite d'un débit de boissons" et "infractions à la législation sur les stupéfiants et notamment la facilitation de l'usage".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nouvel An Gendamerie Fête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants