2 min de lecture Justice

Mort d'Adama Traoré : l'avocat de la famille veut dessaisir les gendarmes de l'enquête

L'avocat de la famille Traoré, Me Bouzrou, a demandé le dessaisissement de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) dans l'enquête sur le décès d'Adama Traoré, survenu après une interpellation en 2016 dans le Val-d'Oise.

Des milliers de manifestants contre les violences policières étaient rassemblés le 2 juin devant le tribunal à Paris à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré.
Des milliers de manifestants contre les violences policières étaient rassemblés le 2 juin devant le tribunal à Paris à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Thomas Prouteau et Camille Descroix

Dans une lettre adressée à des juges d'instruction du tribunal judiciaire de Paris, consultée par RTL, l'avocat de la famille Traoré, Me Bouzrou, demande à ce que l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) soit dessaisie de l'enquête sur la mort d'Adama Traoré, décédé en 2016 après une interpellation policière dans le Val-d'Oise.

Dans ce courrier, Me Bouzrou considère que l'IGGN, l'équivalent de la police des polices pour les gendarmes, ne jouit pas de l'impartialité nécessaire pour mener à bien l'enquête. 

Il s'appuie sur une lettre envoyée par Christian Rodriguez, le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), à ses troupes au lendemain du rassemblement hommage, organisée par le comité "La Vérité pour Adama", et qui a rassemblé près de 20.000 personnes à Paris.

Une "pression" exercée sur les enquêteurs de l'IGGN

Dans cette lettre, le patron de la gendarmerie nationale indique apporter "tout son soutien et toute sa confiance" aux gendarmes mis en cause dans le décès d'Adama Traoré. "J’ai adressé et je souhaite renouveler ici tout mon soutien et toute ma confiance à nos camarades impliqués, ainsi qu’à leurs familles, qui traversent une période particulièrement difficile au plan humain", peut-on lire.

À lire aussi
Le siège de la DGSE, à Paris (illustration) justice
Deux ex-agents secrets français soupçonnés de trahison en faveur de la Chine

Pour l'avocat de la famille, "Christian Rodriguez exerce une pression sur les enquêteurs de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale", qui est sous son autorité. Ainsi, ce dernier estime qu'il n'est pas possible pour l'IGGN "de conduire cette procédure avec l'indépendance indispensable à la réalisation d'une enquête effective".

"Dans sa lettre, Monsieur Rodriguez écarte visiblement toute responsabilité des gendarmes dans le décès de Monsieur Adama Traoré puisqu'il a indiqué avoir toute confiance en eux et leur a apporté son soutien", a estimé Me Bouzrou. Mardi soir, une nouvelle contre-expertise médicale, demandée par la famille, affirmait que le décès du jeune homme avait été causé par le plaquage ventral des gendarmes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Violences Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants