1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les infos de 8h - Gynécologue accusé de violences : le témoignage glaçant des patientes
2 min de lecture

Les infos de 8h - Gynécologue accusé de violences : le témoignage glaçant des patientes

TÉMOIGNAGES - Plusieurs patientes dénoncent les violences du chef du centre de l'endométriose de l'hôpital Tenon à Paris.

Certaines femmes sont angoissées à l'idée de montrer leur intimité lors d'un examen gynécologique
Certaines femmes sont angoissées à l'idée de montrer leur intimité lors d'un examen gynécologique
Crédit : IStock/Getty Images
Le journal RTL de 8h du 28 septembre 2021
13:01
Les infos de 8h - Gynécologue accusé de violences : le témoignage glaçant des patientes
13:01
Gautier Delhon-Bugard - édité par William Vuillez

Une semaine après l'ouverture d'une enquête interne sur les faits, et les agissements d'un grand gynécologue des Hôpitaux de Paris, RTL vous propose d'écouter le témoignage de plusieurs femmes qui se disent aujourd'hui victimes de ce professeur reconnu, Émile Daraï, un ponte dans son domaine. Lui, conteste les faits dont on l'accuse et parle de diffamation, elles pourtant confirment et racontent les violences subies et certaines scènes sont parfois dures à entendre.

Il y a trois ans, Marie prend rendez-vous avec celui qu'on décrit comme le grand spécialiste de l'endométriose, un ponte de l'hôpital Tenon à Paris. Lors de la consultation, le professeur Daraï l'ausculte. "Lors du toucher vaginal, il ne m'a pas averti, il m'a fait très mal. Je lui ai demandé d'arrêter, il a répondu que je chipotais, qu'un toucher vaginal ne faisait pas mal. Il a enfoncé ses doigts encore plus loin", raconte-t-elle.

La jeune femme écrit un courrier à l'hôpital pour dénoncer cet acte, mais aucune réponse. Des dizaines de patientes décrivent des faits similaires mais personne n'ose déposer plainte contre le professeur renommé. Une enquête interne conjointe a été lancée par l'AP-HP et la faculté de médecine de Sorbonne Université au sein du service de Gynécologie-Obstétrique de l'hôpital Tenon.  

"C'était parole contre parole"

Le conseil départemental de l’ordre des médecins de Paris confirme avoir reçu un signalement sur des faits de violences gynécologiques en 2014 et affirme avoir interrogé le professeur à l’époque mais ne pas être allé plus loin, car la patiente ne voulait pas poursuivre la procédure. "C’était parole contre parole, nous ne sommes donc pas allés plus loin. Si une plainte avait été déposée, nous aurions pu aller plus loin", a précisé à RTL le docteur Jean-Jacques Avrane, président du conseil départemental de l’ordre des médecins de Paris.

À lire aussi


L'enquête a été lancée le 20 septembre 2021 à la suite de témoignages de victimes et d'étudiants en médecine diffusés sur les réseaux sociaux, dénonçant des faits de violences gynécologiques et obstétricales commis par le professeur Daraï. Ces témoignages ont notamment été diffusés par le collectif STOP VOG qui milite contre les violences gynécologiques et obstétricales en France. 

Le professeur Daraï, par la voix de l'AP-HP conteste les faits et dit s'en remettre aux conclusions de l'enquête.

À écouter également dans ce journal

Économie - Selon nos informations, une entreprise attend en moyenne pratiquement 13 jours (12,84 jours en moyenne) au-delà du délai légal avant d'être payée et ça fragilise les petites entreprises. 

Santé - C'est une information RTL, les séances chez le psychologue seront remboursées à partir de l'année prochaine, sur prescription d'un médecin. 

Alimentation - L'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) a analysé 264 yaourts et desserts frais aromatisés et les résultats sont étonnants, à commencer par les yaourts aux fruits. Le goût est parfois là, mais les fruits c'est beaucoup moins le cas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/