1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Que faire en cas de violences gynécologiques ?
2 min de lecture

Que faire en cas de violences gynécologiques ?

Alors que le constat de l'importance et de la gravité des violences faites durant le suivi gynécologique et obstétrical est évident, voici quelques pistes pour savoir comment réagir si vous en êtes victime.

Un gynécologue examine une femme enceinte (illustration)
Un gynécologue examine une femme enceinte (illustration)
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Lison Bourgeois

De la remarque sexiste à l'acte forcé, les violences peuvent être multiples lors d'un examen gynécologique. Un rapport du Haut conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publié en juin 2018 différencie six types distincts d'actes sexistes de la part d'un praticien. 

Ainsi, le rapport pointe du doigt la non prise en compte de la gêne, les jugements, les injures sexistes et actes sans consentement ou encore le refus des actes et les violences sexuelles. Une fois que ces violences ont été identifiées, il y a de nombreuses manières de réagir. 

Tout d'abord, il faut savoir que certains actes sont pénalement répréhensibles. Par exemple, un praticien n'a pas le droit d'entraver à l'avortement. Il s'agit donc d'un problème d'ordre pénal. La première voie peut donc être de porter plainte en se rendant dans un commissariat de la police ou auprès du conseil national de l'Ordre des médecins. L'Agence Régionale de Santé (ARS) peut aussi être sollicitée pour un cas d'avortement mal pris en compte par exemple. 

Chercher à être écouté et conseillé

Si les procédures peuvent être difficiles, il est possible de se faire accompagner par des associations. Les organismes proposent ainsi d'écouter et de vous conseiller sur le déroulé des événements. Vous pouvez vous mettre en relation avec l’Institut de recherche et d’actions pour la santé des femmes (IRASF) dont l’objectif est de lutter contre les violences obstétricales et gynécologiques au sein du système de santé français et international. Vous pouvez ainsi les contacter sur leur page Facebook.

À lire aussi

Ces démarches peuvent aussi vous permettre de discuter avec d'autres victimes. Cela permet de partager son expérience, mais aussi de ne pas entreprendre de démarches seule. Des associations de patients et d'usagers se sont d'ailleurs montées pour venir en aide aux femmes, comme le CIANE, collectif interassociatif autour de la naissance.

S'orienter vers un autre gynécologue

Pour ne pas être confronté au même médecin, vous avez tout à fait le droit de changer de praticien. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre entourage pour avoir de bons conseils et trouver un spécialiste qui vous convient. Mais, depuis peu, il est aussi possible de trouver sur internet des adresses de médecins qui sont reconnus pour avoir des pratiques respectueuses de la patiente. 

Le site Gyn&Co propose justement une liste de soignants "pratiquant des actes gynécologiques avec une approche plutôt féministe". Le site répertorie ainsi des gynécologues, des médecins généralistes et des sages-femmes. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/