3 min de lecture Faits divers

Explosion à Lyon : ce que l'on sait

ÉCLAIRAGE - Un colis piégé a explosé dans une rue piétonne du centre-ville de Lyon vendredi 24 mai. 13 personnes ont été légèrement blessées.

>
Explosion à Lyon: un suspect a été vu par les caméras Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : Sébastien Rieussec / AFPTV / AFP | Date :
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

"C'est pour Lyon, une nouvelle terrible". De retour d'un voyage au Japon, Gérard Collomb, le maire de la ville, a confié sa "profonde émotion" et sa "surprise" au lendemain de l'attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers. 

Vendredi 24 mai, il est près de 17h30 quand un engin artisanal, composé de vis et de boulons, a explosé rue Victor Hugo, une célèbre artère piétonne de la ville, située entre la place Bellecour et la gare de Perrache. Le secteur a été évacué et bouclé par les forces de l’ordre, la préfecture du Rhône a demandé aux personnes d'éviter la zone.

Grâce à la vidéosurveillance, le trajet du suspect a pu être reconstitué de manière précise. L'homme a été aperçu à vélo quai Claude Bernard à 17h19, puis à 17h22 place Antonin Poncet. À 17h26, il arrive devant la Brioche Dorée, rue Victor Hugo. Il pose alors son vélo et remonte dessus une minute plus tard et se dirige vers la place Bellecour. L'explosion est survenue à 17h28 et 39 secondes précisément alors que la charge explosive a été déclenchée à distance, selon les propos de Rémy Heitz, le procureur de la République.

Selon le maire du IIe arrondissement Denis Broliquier, "la charge était relativement peu importante puisqu'elle a provoqué par souffle l'explosion des vitres de la banque réfrigérée mais on ne voit pas plus" de dégâts. 

Quel est le bilan ?

À lire aussi
Arnaud Ducret et Émilie Dequenne dans "Un homme ordinaire" faits divers
Xavier Dupont de Ligonnès : ce que l'on sait du hacker condamné dans l'affaire

D'après un dernier bilan, 13 personnes - neuf femmes dont une enfant de dix ans et quatre hommes - ont été touchées par l'explosion, 11 ayant été hospitalisées. Toutes ne sont blessées que légèrement. "Ils ont été atteints aux membres inférieurs et aucun ne semble sérieusement atteint. Je pense que nous aurons des nouvelles rassurantes dans la journée", a précisé Gérard Collomb au micro de RTL.

"Les blessures ont été provoquées par des morceaux de verre de la banque réfrigérée (...) et puis il y a aussi des morceaux de métal qui effectivement ont blessé superficiellement (...) la dizaine de personnes", avait précédemment expliqué Denis Broliquier. 

Quid du suspect ?

Un suspect soupçonné d'être l'auteur de cette attaque est toujours recherché par les autorités, qui ne privilégiaient aucune piste quant à son profil ou ses motivations.

La police a lancé un appel à témoins en diffusant la photographie du suspect, capté par une caméra de vidéosurveillance municipale. Elle montre un homme "porteur d'un haut sombre à manches longues" et "d'un bermuda clair", poussant un vélo noir. Selon une source proche de l'enquête, il est âgé d'une trentaine d'années.

Un acte terroriste ?

Ce suspect toujours en fuite, il est donc impossible pour l'heure de déterminer s'il appartient à un groupe quelconque. Chargée du dossier, la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert "une enquête de flagrance des chefs de tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et d'association de malfaiteurs terroriste criminelle".

"À l'instant où je vous parle, cet acte n'a donné lieu à aucune revendication", a ajouté le procureur de la République, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse tenue au lendemain des faits, au palais de Justice de Lyon.

Où en est l'enquête ?

Pas moins de 90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifiques sont mobilisés. Un ADN non encore identifié a été isolé sur le colis piégé. Celui-ci a été isolé sur le sac qui a explosé, mais il n'a pas été identifié. Rien n'indique donc qu'il s'agisse de celui du suspect filmé en train de déposer ce sac devant une boulangerie dans une rue commerçante de Lyon.

À l'heure actuelle, il y a de fortes suspicions pour que l'explosif soit du TATP, utilisé en faible quantité. Le TATP (tripéroxyde de triacétone) est un explosif artisanal très instable qui a été utilisé dans les attentats jihadistes commis à Paris le 13 novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Rhône Lyon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants