2 min de lecture Terrorisme

Attentat du Thalys : le tireur Ayoub El Khazzani condamné à la perpétuité

Ayoub El Khazzani était jugé depuis le 16 novembre dernier pour l'attentat raté survenu sur la ligne de Thalys reliant Amsterdam à Paris, en août 2015.

Ayoub El Khazzani lors de son procès pour l'attentat avorté du Thalys, le 16 novembre 2020, à Paris.
Ayoub El Khazzani lors de son procès pour l'attentat avorté du Thalys, le 16 novembre 2020, à Paris. Crédit : Elisabeth De Pourquery / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Jeudi 17 décembre, la cour d'assises spéciale de Paris a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité le tireur du Thalys Ayoub El Khazzani, âgé de 31 ans, pour l'attentat raté dans le train Amsterdam-Paris survenu en août 2015. L'attaque avait été déjouée par trois passagers américains, dont deux militaires, qui avaient réussi à maîtriser l'assaillant. 

D'après le président Franck Zientara, l'homme condamné à la perpétuité aurait pu commettre "un attentat aveugle" qui aurait été "particulièrement meurtrier" sans "un concours de circonstances particulièrement improbables" - des munitions défectueuses - et "le courage exceptionnel des passagers". 

Le principal intéressé n'a exprimé aucune émotion à l’annonce du verdict. Avant la délibération, il avait présente de longues excuses aux victimes. "Je suis désolé du fond du coeur", avait-il déclaré en sanglots.

D'autres condamnations ont été prononcées par la cour : des peines allant jusqu'à 27 ans de prison ont été infligées à trois hommes accusés d'avoir aidé le terroriste et son commanditaire Abdelhamid Abaaoud, également coordinateur des attentats du 13-Novembre. Bilal Chatra, Redouane El Amrani Ezzerrfi et Mohamed Bakkali ont été reconnus coupables et condamnés respectivement à 27, 7 et 25 ans de prison.

Un massacre évité de peu

À lire aussi
attentat
Projet d'attentat néonazi : ce que l'on sait sur le groupuscule d'ultradroite mis en cause

Le jour de l'attaque, le 21 août 2015, Ayoub El Khazzani s'était introduit dans le train stationné en gare de Bruxelles, en Belgique. Armé d'une kalachnikov, d'un pistolet et d'un cutter, et de 300 munitions, le terroriste avait été maîtrisé à temps. Les passagers s'étaient jetés sur l'assaillant pour éviter que celui-ci ne tue "aveuglément et indifféremment l'ensemble des passagers", a déclaré dans sa décision la cour. 

Pendant toutes les audiences, la version d'El Khazzani n'a pas changé : l'homme aurait eu pour ordre de tuer essentiellement les soldats américains. D'après son témoignage, il devait également exécuter des membres de la Commission européenne qui auraient été présents à bord du train, selon Abaaoud. 

Mais la cour a noté que les Américains ne portaient "aucun signe distinctif". De plus, El Khazzani était monté dans le train muni "d'un véritable arsenal", "susceptible de faire de multiples victimes". L'attentat déjoué s'était inscrit "dans une véritable campagne d'attentats de masse, a rappelé le président, qui trouve son apogée" dans les attentats du 13-Novembre à Paris et en mars 2016 à Bruxelles. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Justice Tirs dans un Thalys
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants