2 min de lecture Tirs dans un Thalys

Attentat du Thalys : Aleksander Skarlatos, un des héros américains, dit s’être vu mourir

Au procès, Aleksander Skarlatos, un des héros américains qui a empêché le terroriste présumé Ayoub El Khazzani de faire un carnage le 21 août 2015 à bord d'un Thalys, raconte la scène.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Attentat du Thalys : Aleksander Skarlatos, un des héros américains, dit s'être vu mourir Crédit Image : Sara Keller / US AIR FORCE / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert édité par Sarah Belien

Les héros du Thalys sont à la barre. Ceux qui ont permis d'éviter un carnage témoignent ce vendredi 20 novembre au procès d'Ayoub El Khazzani devant la cour d'assises spéciale de Paris. Le 21 août 2015, dans le train entre Amsterdam et Paris, ce dernier était sorti lourdement armé des toilettes. Aleksander Skarlatos, un américain alors en vacances en Europe, fait partie de ceux qui ont maîtrisé le terroriste présumé. Il raconte ce moment où il s'est vu mourir.

Le jeune homme a pourtant l'habitude de partir au combat car il est réserviste de l'armée américaine. Aleksander Skarlatos a servi en Afghanistan, mais ce jour-là était pour lui, beaucoup plus intense. Alek est une montagne de muscles, engoncé dans un costume bleu. Il mime chaque geste à la barre.

17h42, wagon 12, Alek pianote sur son téléphone, ses amis sont en train de s'endormir, des écouteurs dans les oreilles. Soudain, une déflagration résonne dans le train. "J'ai tout de suite compris, mon cœur a failli exploser. J'ai crié 'go, go Spencer'. Mon ami a bondi sur Khazzani. Moi, j'ai eu besoin d'une seconde de plus," détaille-t-il.

Je l'ai frappé avec la crosse de la kalachnikov très fort et il a fini par s'évanouir

Aleksander Skarlatos, témoin de l'attentat raté du Thalys
Partager la citation

"Spencer lui fait une clé de bras, la kalachnikov s'est retrouvée à terre. Mais Khazanni a sorti un pistolet et nous a braqué. J'ai réussi à lui arracher le pistolet mais il a dégainé un cutter. À ce moment-là, on était tous les trois, moi, Spencer et Anthony. Je criais 'arrête de résister'. Mais le terroriste semblait avoir une force surhumaine. Je l'ai frappé avec la crosse de la Khalchnikov très fort et il a fini par s'évanouir," évoque l'américain à la barre.

À lire aussi
Jean-Hugues Anglade le 20 mai 2015 au Festival de Cannes. justice
Attaque du Thalys : "On était acculés comme dans une souricière", confie Jean-Hugues Anglade

Un passager a ramené des cravates pour attacher ses mains. Alek décide alors de s'aventurer dans d'autres wagons pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres terroristes. Il veut armer la kalachnikov mais une balle percutée jaillit. La preuve pour la cour qu'El Khazzani avait bien appuyé sur la gâchette et que sans cet incident de tirs et sans ces héros d'un jour, il y aurait eu un massacre. "Thank you", sourit le président.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tirs dans un Thalys Attentat Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants