1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Assassinat du petit Mathias Duchemin : comment Nicolas Sarkozy est-il intervenu dans l'affaire ?
3 min de lecture

Assassinat du petit Mathias Duchemin : comment Nicolas Sarkozy est-il intervenu dans l'affaire ?

PODCAST - En mai 2006, la France connaît deux meurtres d'enfants : Mathias Duchemin, quatre ans, et Madison Castel, cinq ans. Face à l’ampleur des drames, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, annonce le renforcement des mesures de suivis des délinquants sexuels en prévention de la récidive.

Christian Beaulieu, 57 ans, meurtrier présumé de Mathias, 4 ans, tué et violé dans la nuit du 6 au 7 mai 2006, à Moulins-Engilbert (Nièvre), est escorté par des policiers lors de son arrivée au Palais de Justice de Nevers, le 03 décembre 2007.
Christian Beaulieu, 57 ans, meurtrier présumé de Mathias, 4 ans, tué et violé dans la nuit du 6 au 7 mai 2006, à Moulins-Engilbert (Nièvre), est escorté par des policiers lors de son arrivée au Palais de Justice de Nevers, le 03 décembre 2007.
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
38. Mort du petit Mathias : une enquête exemplaire pour "un crime odieux"
00:29:19
Thomas Prouteau & Jeanne Rouxel

Le 7 mai 2006, le village de Moulins-Engilbert se réveille sous le choc. Le corps de Mathias, quatre ans, vient d'être retrouvé sans vie près d’une rivière. En seulement vingt-quatre heures, c’est le deuxième meurtre sur mineur de moins de quinze ans auquel la France est confrontée. Madison Castel, cinq ans, portée disparue quelques jours plus tôt a elle aussi été retrouvée morte le 8 mai dans la commune d'Eyguières dans le département des Bouches-du-Rhône. 

La couverture médiatique des deux affaires est intense. "C'est la première fois en France qu'on a deux homicides d'enfants crapuleux, sordides comme ça, qui évoluent en même temps", explique le colonel Jean-François Doublier dans Les Voix du crime. C'est lui qui à l'époque est chargé de l'enquête dans l'affaire du petit Mathias Duchemin.

De passage dans une commune à proximité de Moulins-Engilbert, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, rencontre le gendarme, alors directeur d'enquête, pour prendre connaissance de l’évolution des investigations. Malgré le manque de preuves ADN, différents témoignages de jeunes du village, recueillis par les enquêteurs, permettent d'identifier un homme. "Je lui explique que nous avons un suspect qui est en garde à vue à l'heure où je lui parle et qu’il est déjà passé des aveux partiels", décrit le colonel Doublier.

C'est la première fois en France qu'on a deux
homicides d'enfants crapuleux, sordides comme ça, qui évoluent en même temps

Colonel Doublier

Les paroles des adolescents sont unanimes. Toutes et tous reconnaissent le même individu présent à la soirée lors de la disparition du petit garçon, il s'agit de Christian Beaulieu, un habitant du village

À lire aussi

Pourtant, malgré l'examen des profils de 734 prédateurs sexuels libérés de prison dans les deux mois précédents ou ayant fait l’objet de procédures judiciaires dans le département de la Nièvre, son nom n’apparaît nulle part. Or, "Christian Beaulieu a déjà fait l'objet d'une procédure judiciaire pour agression sexuelle et pour viol dans les années 80, raconte Jean-François Doublier. Par différentes lois d'amnistie, tout cela a été effacé de son casier judiciaire".

Sur place, Nicolas Sarkozy se charge alors d'annoncer aux parents du petit garçon que l'assassin de leur fils a été retrouvé. Le 16 mai 2006 à Paris, lors d’une rencontre avec les services de gendarmerie en charge des enquêtes Castel et Duchemin, le ministre annonce un renforcement strict du suivi des délinquants sexuels en prévention de la récidive.

Christian Beaulieu a déjà fait l'objet d'une procédure judiciaire pour agression sexuelle et pour viol dans les années 80

Colonel Jean-François Doublier

Dans ces dispositions se trouvent entre autres : un pointage plus régulier des prédateurs sexuels sous peine de sanctions directes, la généralisation du bracelet électronique, le renforcement des règles d’amnistie et la conservation des traces de condamnations sexuelles dans les casiers judiciaires. 

Nicolas Sarkozy évoque également la nécessité et l’utilisation d’un traitement visant à baisser la libido des récidivistes de crimes sexuels.  Aujourd’hui, le débat autour de cette technique de castration chimique reste houleux. Elle n’est pas encore obligatoire en France et se fait à la demande du délinquant sexuel lui même. Condamné à perpétuité avec 30 de sureté, Christian Beaulieu a lui été assigné à un suivi socio-judiciaire à vie. 

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/