1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Le Grêlé : comment le tueur a réussi à "brouiller les pistes" pendant 35 ans
3 min de lecture

Le Grêlé : comment le tueur a réussi à "brouiller les pistes" pendant 35 ans

PODCAST - Dans les années 80 et 90, une série de six viols et quatre meurtres attribués au même homme surviennent en Île-de-France. Pendant des années, des enquêteurs, des policiers, des magistrats, vont se succéder sur le dossier de celui qu'on appelle "Grêlé".

Le portrait robot de l'homme surnomé "Le Grêlé"
Le portrait robot de l'homme surnomé "Le Grêlé"
Crédit : Police
36. Le Grêlé : autopsie d'un tueur en série français (1/2)
00:32:11
37. Le Grêlé identifié : quelles suites pour l'enquête ? (2/2)
00:34:37
Alice Moreno & Constance Willemet

Le matin du 5 mai 1986, dans le 19e arrondissement de Paris, une fillette de onze ans est agressée dans son ascenseur alors qu'elle se rend à l'école. Le corps de Cécile Bloch est retrouvé quelques heures plus tard dans un local du sous-sol de sa résidence. Elle a été violée et étranglée. Plusieurs témoins, dont le frère et les parents de Cécile, ont vu l'agresseur avant les faits. Grâce à leurs témoignages, le portrait robot d'un homme à la peau irrégulière est établi. 

Le meurtre de Cécile Bloch est le premier officiellement attribué à celui qui va se faire appeler "Le Grêlé". En avril 1987, Gilles Politi, 38 ans, et Irmgard Müller, sont retrouvés morts dans leur appartement du Marais à Paris. Le Grêlé est à nouveau identifié dans ce crime grâce à son ADN. Il le sera une fois encore en 1994 avec le meurtre de Karine Leroy, 19 ans. 

C'est en 2015 que Maître Corinne Herrmann entre dans le dossier. "C'était un dossier très connu, mais qui avait été très abîmé par les enquêtes successives. Énormément d'éléments  avaient été brassés dans cette affaire", explique l'avocate au micro d'Alice Moreno. Dans le dernier épisode du podcast Les Voix du Crime, Me Herrmann revient sur le profil du tueur et violeur en série et la complexité de l'enquête avant sa résolution.

Le Grêlé a essayé de brouiller les pistes, il a eu un jeu pervers avec les victimes en leur donnant des informations pour troubler l'enquête

Me Herrmann

Strangulation, ligotage, agressions sexuelles, viols … Le premier mobile du Grêlé est la prise de pouvoir sur ses victimes. Il les contraint à le suivre en leur présentant sa carte de police. "Des jeunes filles ou des parents nous disaient qu'avant elles n'auraient jamais suivi un inconnu. Mais quand on a 14 ans, évidemment qu'on suit l'autorité de ce policier", insiste Me Herrmann. Pour l'avocate, le Grêlé "a essayé de brouiller les pistes, il a eu un jeu pervers avec les victimes en leur donnant des informations pour troubler l'enquête". 

À écouter aussi

Difficile d'expliquer pourquoi le criminel laisse certaines victimes vivantes. Parfois, il affirme être tout juste sorti de prison, il lui arrive de donner son vrai prénom … Tout est bon pour tromper les enquêteurs. "Malgré tous ceux qu'on a intercepté dans les années 2000, on se rend compte qu'en France on ne connaît pas les tueurs en série, explique Me Herrmann. C'est la méconnaissance de ces tueurs qui nous fait perdre du temps dans les enquêtes". 

Un enquêteur n'est rien sans un magistrat, un enquêteur n'est rien si la justice ne suit pas

Me Herrmann

De son côté, Luc Bloch, le frère de la petite Cécile, s'est très vite intéressé aux expertises ADN du dossier. Il a 24 ans et est étudiant en génétique quand sa sœur est assassinée. Luc Bloch réalise alors qu'en Belgique et en Angleterre les empreintes génétiques sont exploitées dans les dossiers criminels, ce qui n'est pas encore le cas en France. Il incite les enquêteurs à entamer des démarches en laboratoire, mais n'est pas entendu. "C'est une grande blessure pour lui de ne pas avoir été écouté tout de suite", affirme Me Herrmann.
Les années passent et l'enquête piétine. "Tous ceux qui ont approché ce dossier, tous les groupes d'enquête du 36, étaient investis et voulaient sortir ce dossier", raconte l'avocate. De nombreux enquêteurs voient cette affaire comme l'échec de leur carrière. "Mais un enquêteur n'est rien sans un magistrat, un enquêteur n'est rien si la justice ne suit pas et c'est un peu ce qu'il s'est passé dans ce dossier", explique Me Herrmann.

Jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle juge d'instruction en 2014, Nathalie Turquey. Cette dernière reprend le dossier depuis ses débuts et creuse de nouvelles pistes qui vont se révéler concluantes. 

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.

Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/