1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Le Grêlé" : ce que son passé de gendarme et de policier pourrait expliquer
1 min de lecture

"Le Grêlé" : ce que son passé de gendarme et de policier pourrait expliquer

INVITÉ RTL - Bernard Pasqualini, inspecteur divisionnaire à la brigade criminelle de Paris lorsque l’affaire du Grêlé a commencé, revient sur les éléments de l'enquête qui peuvent à présent être expliqués par les activités professionnelles du meurtrier.

Le portrait robot de l'homme surnomé "Le Grêlé"
Le portrait robot de l'homme surnomé "Le Grêlé"
Crédit : Police
Amandine Bégot & Pascal Praud - édité par Victor Goury-Laffont

Il y a 35 ans déjà, l'assassinat de Cécile, petite fille de 11 ans, faisait la une des journaux. Le mystère a désormais pris fin. "Le Grêlé", surnom donné au meurtrier pour son apparence physique, a été identifié par des analyses ADN. Il s'agit de François V., gendarme qui a ensuite rejoint la police et qui s'est suicidé le 29 septembre dans le Gard.

Bernard Pasqualini était inspecteur divisionnaire à la brigade criminelle de Paris lorsque l’affaire du Grêlé a démarré. Il souligne la "persévérance" et le "professionnalisme" des enquêteurs qui ont longuement travaillé sur le dossier. "Moi, je suis parti au bout de cinq ans, raconte-t-il, ce dossier avait fait l'objet d'un non-lieu pour la justice, mais on avait un double du dossier d'enquête à la brigade criminelle, ce qui nous permettait de faire des rapprochements".

L'ancienne profession du "Grêlé" n'est pas un motif de surprise pour Bernard Pasqualini. "Il y a déjà eu d'anciens gendarmes ou policiers qui ont été des meurtriers, souligne-t-il, ce que je comprends maintenant, c'est que certaines questions que l'on se posait trouvent une réponse dans ce parcours professionnel".

L'ancien inspecteur note que les faits se sont arrêtés en 1997, en même temps que l'arrivée de l'ADN. "Il s'est renseigné", pense Bernard Pasqualini, "mes collègues ne s'expliquaient pas que les faits se soient arrêtés et pensaient qu'il était mort".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/