2 min de lecture Faits divers

Arrestation violente d'un réfugié à Marseille : prison ferme pour les policiers

Deux policiers ont été condamnés ce mardi 7 juillet à deux ans et un an de prison ferme après l'arrestation violente et illégale d'un réfugié afghan à Marseille.

Une voiture de la police nationale (illustration)
Une voiture de la police nationale (illustration) Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Jamshed, réfugié afghan de 27 ans, avait été interpellé violemment le 12 avril dernier sur le  Vieux-Port de Marseille, sous le regard de caméras de surveillance. Il avait été ensuite abandonné 30 kilomètres plus loin dans un terrain vague, affirmant y avoir été frappé. Trois policiers ont été condamnés en appel ce mardi 7 juillet dans le cadre de cette affaire. 

Le premier prévenu a été condamné à trois ans de prison dont deux ferme. Le deuxième a écopé de 18 mois de prison dont un ferme. La troisième, adjointe de sécurité, a été condamnée à six mois de prison avec sursis. Une interdiction définitive d'exercer dans la police a été infligée au premier, une interdiction de trois ans au deuxième. 

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a réduit les peines des prévenus. Jugés en comparution immédiate début mai à Marseille, les deux policiers avaient été condamnés à respectivement quatre ans ferme et 18 mois ferme. Ils avaient été placés en détention après le prononcé de cette condamnation. 

J'ai commis une grosse faute, j'étais hors des clous.

Le brigadier de 46 ans le plus lourdement condamné.
Partager la citation

Le 12 avril dernier, les trois policiers condamnés s'assuraient du respect des mesures de confinement. Des passants leur avaient alors assuré que le jeune Afghan leur avait craché dessus alors qu'ils lui avaient refusé une cigarette. La victime avait alors été projetée dans le véhicule de police après une clef de bras, avant d'être emmenée. 

À lire aussi
Un naturiste part à la poursuite d'un sanglier lui yant volé son sac avec notamment son ordinateur. faits divers
Allemagne : un homme nu poursuit un sanglier qui lui a volé ses affaires

Le jeune Afghan aurait alors adressé des doigts d'honneur et des invectives aux policiers, selon l'adjointe de sécurité. Le policier le plus lourdement condamné a reconnu avoir "dé-menotté, attrapé par le col et secoué" le réfugié. "J'ai commis une grosse faute, j'étais hors des clous", a reconnu le brigadier de 46 ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Marseille Bouches-du-rhône
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants