2 min de lecture Justice

Affaire Traoré : les avocats se contredisent après l'audition d'un témoin clé

Devant la presse, les avocats de la défense et de la famille ont livré deux comptes rendus contradictoires au tribunal de Paris ce jeudi 2 juillet.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Affaire Traoré : les avocats se contredisent après l'audition d'un témoin clé Crédit Image : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Thomas Prouteau édité par Venantia Petillault

Son témoignage, dix jours après la mort d'Adama Traoré, avait appuyé la thèse des gendarmes : celle d'une mort accidentelle du jeune homme après une course-poursuite le 19 juillet 2016, due à la conjonction d’un épisode de "stress et d’effort" et de deux pathologies antérieures. Le propriétaire de l’appartement où Adama Traoré avait trouvé refuge après sa course de quelques centaines de mètres pour échapper aux gendarmes avait alors affirmé qu’il était arrivé "essoufflé", "respirant bruyamment" et incapable de parler. Ce qui semblait valider le début d’une asphyxie avant même l’interpellation.      

Ce témoin a donc été auditionné une nouvelle fois, ce jeudi 2 juillet par les magistrats instructeurs, ce que réclamait depuis des mois la famille Traoré. Mais les avocats des parties adverses ont livré des versions diamétralement opposées. 

"Ce témoin s'est rétracté. Il a affirmé que les éléments contenus dans son procès verbal (de 2016) étaient faux. Il a dit qu'Adama Traoré ne souffrait pas de détresse respiratoire avant l’interpellation, qu’il ne respirait pas bruyamment et qu'il n'avait jamais dit cela", a affirmé à l’issue de l’audition Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille Traoré, annonçant une plainte prochaine contre les enquêteurs de l’IGGN (Inspection générale de la gendarmerie nationale) pour ce PV manifestement faux .

Pour Yassine Bouzrou, cela remet totalement en cause les conclusions des experts judiciaires médicaux qui ont mis hors de cause les gendarmes en s’appuyant notamment sur ces déclarations du témoin.  Les médecins mandatés par la famille affirment pour leur part que le décès est dû à une asphyxie provoqué par un plaquage ventral des gendarmes dans l’appartement. 

La version aux antipodes de l'avocat des gendarmes

À lire aussi
L'incendie a ravagé 165 hectares de forêt et de végétation jeudi 30 juillet à Anglet justice
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen

Quelques minutes plus tard, l'avocat des gendarmes Rodolphe Bosselut a livré à son tour une version totalement opposée : "Ce témoin a conforté la version qui avait été la sienne précédemment. Notamment sur un point très important : l'état d'épuisement dans lequel Adama Traoré se trouve lorsqu'il arrive à son domicile, en ayant même indiqué aujourd’hui qu'Adama Traoré lui aurait dit 'je vais mourir'", alors qu’il tentait de se relever. L’avocat admet que le témoin a remis en cause les termes "d’essoufflement" et de "respirer bruyamment" mais que cela ne change rien au fait que ses déclarations démontrent que le pronostic vital d’Adama Traoré était "engagé de manière irréversible" avant l’interpellation.   

Cette audition controversée vient de nouveau projeter la lumière sur le point central qui oppose les deux camps : l’origine du décès d’Adama Traoré et son explication médicale. Pour l’avocat de la famille Traoré, si "l’essoufflement" du jeune homme n’est plus attesté, cela rend caduque la thèse d’un asphyxie causé par une maladie génétique, la drépanocytose, associée à une pathologie rare, la sarcoïdose. Pour l’avocat des gendarmes, au contraire, l’ "épuisement"  attesté par le témoin suffit à conforter cette thèse. Le dossier Adama Traoré, érigé en symbole des violences policières, ne semble donc pas près de se refermer.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Violences Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants