1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Grégory : pourquoi 2021 peut être une année charnière pour la résolution de l'enquête
2 min de lecture

Affaire Grégory : pourquoi 2021 peut être une année charnière pour la résolution de l'enquête

PODCAST - Dans "Les Voix du Crime", le journaliste Michel Mary revient sur l'affaire Grégory et les nouvelles analyses ADN autorisées par la justice en début d'année.

Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, le 16 octobre 1984
Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, le 16 octobre 1984
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
10. Affaire Grégory : de la découverte du corps au meurtre de Bernard Laroche (1/2)
28:32
11. Affaire Grégory : du procès "glaçant" de Jean-Marie Villemin à la piste des Jacob (2/2)
22:50
Marie Zafimehy
Journaliste

Dans l'affaire Grégory, l'enquête avance en même temps que la recherche scientifique. En janvier 2021, la justice a autorisé de nouvelles expertises ADN pour essayer d'identifier le coupable du meurtre du petit garçon retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne le 16 octobre 1984. Un rebondissement, 37 ans après les faits, qui pourrait tout changer.

La chambre d'instruction de Dijon a autorisé 37 autres prélèvements ADN dans l'entourage du petit garçon de 4 ans et de ses parents Jean-Marie et Christine Villemin. Une des techniques d'analyse qui sera utilisée est celle de l'ADN de parentèle.

"Cela permet de remonter les lignées maternelles ou paternelles, explique le journaliste Michel Mary dans Les Voix du Crime. Si on a par exemple, votre ADN, si c'est votre frère qu'on recherche, on va, par votre ADN remonter à votre frère". 

De nouvelles pistes ?

Grâce à cette méthode, de nouveaux éléments vont pouvoir être passés au crible de la technologie. C'est le cas, notamment d'une seringue d'insuline retrouvée sur les bords de la Vologne peu de temps après le crime. 

À lire aussi

Avant d'être jeté dans la rivière, "on pense que Grégory a été endormi, raconte Michel Mary qui a couvert l'affaire pour Le Nouveau Détective. Et pourquoi pas par une injection d'insuline ? (...) Si on trouve de l'ADN sur cette seringue et qu'on arrive à la relier à la mort de Grégory, on a fait un pas formidable en avant !"

Abonnez-vous à ce podcast

La technique de l'ADN de parentèle servira aussi à analyser certaines lettres du corbeau (ou des corbeaux) qui menaçai(en)t les parents Villemin avant-même le meurtre de Grégory. Notamment pourront être étudiés "les enveloppes et les timbres", précise Michel Mary. 

Pour autant, le fait-diversier se montre prudent et patient. "Les experts sont longs, insiste-t-il. Généralement, la justice a cette vertu de ne pas être pressée. Puis, après trente six ans, de toute façon, on est pas à quelques mois près".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/