1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Sur la route des réfugiés d'Ukraine, de Kharkiv à Marseille
2 min de lecture

Sur la route des réfugiés d'Ukraine, de Kharkiv à Marseille

REPORTAGE - Notre journaliste Hugo Amelin a accompagné sa femme Marisha à Cracovie, à l’Est de la Pologne, pour aller récupérer le grand-père de cette dernière, qui a fui les bombardements de Kharkiv. Ils rentrent ce soir à Marseille, après un trajet en train de près de 72 heures.

Des réfugiés ukrainiens montent dans le train pour Varsovie, à la gare de Przemysl, près de la frontière polono-ukrainienne, le 7 mars 2022.
Des réfugiés ukrainiens montent dans le train pour Varsovie, à la gare de Przemysl, près de la frontière polono-ukrainienne, le 7 mars 2022.
Crédit : AFP
Sur la route des réfugiés d'Ukraine, de Kharkiv à Marseille
00:03:20
Hugo Amelin

Youri a 83 ans, il n’est jamais sorti d’Ukraine, hormis pour son voyage de noces en 1981 à Saint-Pétersbourg, quand son pays et la Russie n’en formait qu’un : l’URSS. Habitant de Kharkiv, il a vécu plusieurs jours sous les intenses bombardements. 

Grâce à sa voisine Olena, ce grand-père a pu s’échapper le 4 mars dernier, monter dans un train bondé et rejoindre la frontière Polonaise. Ce voyage a duré une semaine. Il a fallu traverser le pays d’Est en Ouest, frôler Kiev, avec les risques que cela comporte, mais c’était ça ou mourir de faim, de froid ou d’un missile tiré par l’armée russe.
 
Sa petite-fille le retrouve dans un hôtel de Cracovie. Les retrouvailles sont chaleureuses, à la hauteur de la frayeur qui a escorté Marisha depuis le début de la guerre. "Tout va bien, aucun problème", sourit papy Youri, né sous Staline. Notre objectif est de rejoindre Marseille par le rail, car le grand-père a une santé trop fragile pour prendre l’avion.

La gare de Cracovie, premier point de passage des réfugié

La gare de Cracovie, en liaison routière avec la ville de Lviv en Ukraine, est le premier point de passage des réfugiés. Partout, dans les halls : des matelas au sol, des montagnes de bagages, parfois de simples sacs emportés à la hâte. Beaucoup d’enfants, beaucoup de personnes âgées, beaucoup de femmes, très peu d’hommes. Le visage fatigué, ils sont épaulés par des centaines de volontaires nuit et jour. 

Ces volontaires reconnaissables à leurs gilets jaunes fluo parlent plusieurs langues et apportent nourriture, produits d’hygiène, renseignements et soutient moral. Les denrées viennent parfois de France. Des dortoirs spécifiques pour les bébés et leurs mamans ont été installés dans des pièces de la gare. 

À lire aussi

Un train quotidien, en direction de Berlin, est gratuit pour les Ukrainiens. Mais la ligne est saturée : prochain départ dans une semaine ! Nous payons donc nos billets sur des lignes régulières pour rejoindre la capitale Allemande après une escale à Varsovie. Dans ces wagons pleins mais praticables, les gens sont calmes, un peu perdus, très disciplinés. Pas d’esclandre mais parfois quelques larmes, lorsque l’on apprend qu’il va falloir dormir une nouvelle nuit à même le sol. Fuir l’Ukraine, pour aller où ? 

Attendre la fin des combats pour rentrer à la maison

"Heureusement qu’il y a ces volontaires, parce-que beaucoup de gens ont l’air de ne pas savoir où aller, ils n’ont pas de programme", dit Marina qui capte des bouts de conversation le long des quais. 

Arrivé à Berlin, le flot se disperse : certains partent aux Pays-Bas, d’autres en France, en Espagne ou reste en Allemagne. Les démarches pour entrer dans l’UE ont été simplifiées à l’extrême : une carte d’identité Ukrainienne suffit. 

La solidarité et la mobilisation d’urgence, très efficace sur ces premiers jours de guerre, va devoir faire place à un suivi plus personnalisé dans les semaines à venir. Marisha a décidé de prendre en charge son grand-père à 100%, Olena a quelques économies et espère bientôt pouvoir travailler en France. Leur objectif est d’attendre que les combats baissent d’intensité, que les bombardements cessent pour rentrer à Kharkiv. Si leur maison est encore debout.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/