2 min de lecture New York

Russie/États-Unis : Vladimir Poutine propose un face à face télévisé à Joe Biden

Qualifié de "tueur" par Joe Biden, Vladimir Poutine, visiblement agacé, n'a pas tardé à répondre au président américain par une expression enfantine et se livre ainsi dans un échange diplomatique très théâtral.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Russie/États-Unis : Vladimir Poutine propose un face à face télévisé à Joe Biden Crédit Image : Pavel Golovkin, Eric BARADAT / AFP / POOL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Carrie Nooten édité par Sarah Belien

Joe Biden et Vladimir Poutine sont en plein échange d'amabilité. Il y a quelques jours, Biden a qualifié son homologue russe de "tueur" alors qu'il répondait à un journaliste américain et depuis, on a l'impression d'une guerre froide ou d'une diplomatie de cour de récré. Jeudi 18 mars, Poutine n'a pas hésité à rétorquer : "c'est celui qui le dit qui l'est".

Le président russe était visiblement agacé par l'attaque frontale de Joe Biden. Il a également précisé que dans cette expression enfantine, il fallait entendre ce qu'il pensait lui aussi réellement du président américain, qu'il fallait être un "tueur" pour en être un autre en quelque sorte, avant de lui lâcher qu'il lui souhaitait une bonne santé. Une attaque à peine déguisée contre les quelques signes de fébrilité que peut montrer Joe Biden, âgé de 78 ans.

Ce duel par interviews interposées s'est poursuivi, puisque le président américain a confirmé jeudi 18 mars qu'il ne regrettait absolument pas d'avoir traité son homologue russe de "tueur". Et dernier mouvement quelques heures après de Poutine, et ce dernier propose un entretien public télévisé à Joe Biden. Une invitation que la Maison Blanche a pour l'instant esquivée et très ignorée.

En Russie, des réactions publique indignées

En Russie pourtant, on prend ces accusations très au sérieux. Les propos de Joe Biden ont entrainé une levée de boucliers immédiate car on ne touche pas au président russe. Les États-Unis ont pris hier de nouvelles sanctions contre la Russie pour protester, d'une part, contre l'empoisonnement présumé de l'opposant russe Alexei Navalny, d'autre part, contre l'implication de Moscou dans une tentative de déstabilisation de la campagne présidentielle américaine d'il y a quelques mois, puisque Poutine soutenait Trump.

À lire aussi
diplomatie
Michel Barnier est l'invité du Grand Jury ce dimanche 9 mai

Ces sanctions sont pourtant presque passées à la trappe. Il n'y a eu que des réactions publiques indignées contre cette expression de "tueur". Pour marquer le coup, le gouvernement a procédé à un geste politique fort puisqu'il a même rappelé son ambassadeur en poste à Washington.

Aux États-Unis, on ne parle pas de l'incident

Du côté des États-Unis, on a l'impression que Joe Biden utilise la même méthode utilisée contre Trump lorsqu'il gesticulait pendant la période de transition après l'élection. Les équipes de Biden montrent beaucoup de détachement, elles semblent n'y prêter aucune attention. Aucun média démocrate ne mentionnait l'incident diplomatique en Une hier matin. Le New York Times a traité le sujet seulement en page 11.

En revanche, Fox News, chaine de télé pro-Trump, n'hésite pas à donner de la place à cette joute diplomatique avec un ton humoristique. On voit un Poutine torse nu en tenue de combat, face à un Joe Biden avec un sourire de "tueur". Mais tout cela à un côté très théâtral. Car jeudi, Joe Biden a reçu virtuellement les ambassadeurs des 5 membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU. L'ambassadeur russe était bien là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
New York Russie Vladimir Poutine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants