1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Joe Biden confronté à l'afflux d'enfants migrants à la frontière mexicaine
3 min de lecture

États-Unis : Joe Biden confronté à l'afflux d'enfants migrants à la frontière mexicaine

Près de 10.000 enfants seuls ont été interceptés par les policiers au mois de janvier. Joe Biden est accusé d'avoir suscité trop d'espoirs lors de sa campagne électorale.

Une fillette séparée de sa maman à la frontière mexicaine le 12 juin
Une fillette séparée de sa maman à la frontière mexicaine le 12 juin
Crédit : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
États-Unis : Joe Biden confronté à l'afflux d'enfants migrants à la frontière mexicaine
04:00
Lionel Gendron - édité par Louis Chahuneau

C'est une situation un peu occultée hors des États-Unis mais qui est, après la crise sanitaire, le dossier du moment pour Joe Biden. C’est l’afflux de migrants à la frontière mexicaine. Et en particulier, de mineurs non accompagnés. Les chiffres sont impressionnants.

Près de 10.000 enfants, 9.500 exactement, seuls ont été interceptés le mois dernier contre un peu moins de 6.000 au mois de janvier. Ces mineurs sont placés dans des baraquements surpeuplés sans pouvoir se doucher pensant des jours.

Des avocats sur place racontent qu’ils dorment dans d’immenses tentes prévues pour 250 personnes, or ils sont un millier. Des adolescents, mais aussi de très jeunes enfants.
Ils arrivent en groupe ou seuls, parfois en serrant contre eux les numéros de téléphone de leurs proches griffonnés sur un bout de papier. Le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’un millier d'adolescents seront accueillis dans un centre de congrès du centre-ville de Dallas.

Pauvreté et catastrophes naturelles en Amérique centrale

Pour le ministère de la sécurité, la situation date du mois d’avril dernier. En raison des catastrophes naturelles et de la pauvreté, essentiellement au Salvador, au Honduras ou au Guatemala. Contrairement aux adultes qui peuvent être renvoyés sur le champ, les mineurs doivent être accueillis, leur situation traitée. C’est pour ça que, désespérés, certains parents prennent le risque d’envoyer leurs enfants à la frontière.

À lire aussi

En attendant une politique migratoire globale, Joe Biden a promis que les mineurs isolés verraient leurs dossiers de demande d’asile traités rapidement. Normalement, ils doivent être confiés au service de santé au maximum trois jours après leur arrivée sur le sol américain. Les services de santé sont débordés il n’y arrivent pas. Du coup Washington a prié la FEMA, l’agence qui gère les situations d’urgence, de venir en renfort.

Biden pris en étau entre Démocrates et Républicains

Les Républicains expliquent la hausse spectaculaire de ces derniers un mois par les promesses de Joe Biden, ce qui aurait suscité un espoir. En tout cas, les chiffres globaux (pas seulement les enfants) sont impressionnants : 100.000 arrestations à la frontière au mois de février, et ce sera encore plus au mois de mars puisque les douanes évoque 4.000 arrestation par jour en ce moment.

Résultat, cette situation humanitaire catastrophique devient un enjeu de politique intérieure. Joe Biden commence à être critiqué de toutes parts. Il est pris en étau : dans son camp, les centristes ne veulent que les démocrates soient traités de laxistes. À gauche, on pousse pour que ces migrants soient traités avec le plus de dignité.

Quant aux Républicains, comme ils n’ont pas beaucoup de prise sur la politique sanitaire, ils voient là voir un angle d’attaque pour les élections de mi-mandat. Preuve de la politisation du dossier, le leader des républicains à la chambre des représentants est venu avec une délégation à la frontière. Et il a fait une conférence de presse en disant : "Je suis venu ici parce que j’ai entendu parler de cette crise. C’est plus qu’une crise, c’est un crève-cœur humanitaire".

Bon, ça il ne l’a pas dit mais c’est aussi un prétexte pour faire de la politique. La sécurité aux frontières est un des principaux thèmes pour mobiliser la base du parti républicain. Le fait qu’il y ait beaucoup de mineurs rend le dossier encore plus sensible. Cette situation est d’abord terrible pour les migrants. Politiquement, elle est délicate pour Joe Biden. Pendant la campagne il avait promis que sur ce point il se démarquerait de Donald Trump. Et pour l’instant il n’y arrive pas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/