2 min de lecture Brexit

Royaume-Uni : ce qu’il faut retenir du discours de la reine Elizabeth II

Décliné jeudi 19 décembre au Parlement lors du traditionnel discours d'Elizabeth II, Boris Johnson a mis le Brexit en tête de son programme de politique nationale.

La souveraine britannique Elizabeth II, au parlement britannique le 19 décembre 2019
La souveraine britannique Elizabeth II, au parlement britannique le 19 décembre 2019 Crédit : Matt Dunham / POOL / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Sans carrosse ni couronne. Protocole oblige, Elizabeth II ouvrait ce jeudi 19 décembre la nouvelle session parlementaire britannique par son traditionnel discours du trône de la reine, sous les ors de la Chambre des Lords. Pour l'occasion, le très pompeux cérémonial accompagnant généralement l'événement avait été réduit. 

Noël approchant, et le dernier discours de la souveraine de 93 ans remontant à deux mois seulement, son chef de gouvernement lui avait rédigé un programme législatif allant droit au but : réaliser le Brexit"La priorité de mon gouvernement est de réaliser le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier", a-t-elle indiqué d'emblée. 

"Ensuite, mes ministres chercheront à établir une relation future avec l'UE fondée sur un accord de libre-échange qui profite à tout le Royaume-Uni", a poursuivi la reine. À cette fin, Boris Johnson présentera dès vendredi aux députés une loi d'application de l'accord de divorce négocié avec Bruxelles. 

Quel programme pour Boris Johnson?

Une semaine après la consécration des conservateurs aux législatives anticipées, le Premier ministre annonçait également les grandes lignes de sa politique nationale par la voix de la monarque, accompagnée pour l'occasion de son fils le Prince Charles, héritier de la couronne.  

À lire aussi
Emmanuel Macron à Angoulême, le 30 janvier 2020. union européenne
Brexit : Macron n’est "pas sûr qu'on aura un accord global d'ici la fin année"

Boris Johnson, qui a séduit un électorat populaire dans des régions votant jusqu'alors pour les travaillistes, revendique être à la tête d'un "gouvernement du peuple" chargé de répondre aux aspirations des Britanniques en matière de services publics, de justice sociale ou encore d'infrastructures.

Outre l'accomplissement du Brexit, le Premier ministre prévoit ainsi d'augmenter à coup de milliards les moyens du système public de santé (NHS), gratuit et chéri des Britanniques, mais affaibli par des années d'austérité conservatrice. Le dirigeant prévoit aussi d'instaurer un système d'immigration à points, des moyens supplémentaires pour les écoles, ou encore de durcir les peines de prison pour les infractions terroristes. 

Même si Boris Johnson se projette déjà dans l'après-Brexit, le programme du gouvernement pourrait rapidement être confronté aux fissures infligées par celui-ci à l'unité du Royaume-Uni. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a ainsi réaffirmé jeudi vouloir en 2020 un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse. Une consultation à laquelle Boris Johnson s'oppose fermement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Elizabeth II Royaume-Uni
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants