1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. REPORTAGE - Guerre en Ukraine : Zelensky, un président qui fait l'unanimité dans son pays
3 min de lecture

REPORTAGE - Guerre en Ukraine : Zelensky, un président qui fait l'unanimité dans son pays

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, Volodymyr Zelensky a drastiquement renforcé son lien avec sa population grâce à sa posture et son rôle de chef de guerre.

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, le 14 mars 2022
Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, le 14 mars 2022
Crédit : HANDOUT / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP
REPORTAGE - Guerre en Ukraine : Zelensky, un président qui fait l'unanimité dans son pays
00:04:08
Emilie Baujard - édité par Quentin Marchal

Sa cote de popularité monte en flèche depuis le début de la guerre en Ukraine. Omniprésent dans les médias et sur la scène internationale depuis un mois, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a inévitablement renforcé son lien avec sa population.

Dans les rues de Kiev, il est très apprécié. Valéria, 23 ans, a voté pour lui en 2019 et ne regrette pas du tout son choix : "Je suis vraiment fière que ce soit notre président. Vraiment je suis sincère. C’est un homme courageux. Il a toujours dit qu’une fois président les gens allaient le détester, l’aimer puis pleurer pour lui", confie-t-elle au micro de RTL. 

"C'est exactement ce qui est en train de se passer. Je le respect beaucoup car il a décidé de rester près de nous. C’est un homme bien. Beaucoup d’Ukrainiens, au moment de l’élection, disaient 'pourquoi on voterait pour un comédien ?'. Mais (Volodymyr) Zelensky était déjà crédible et je suis contente qu’il soit devenu notre président", se réjouit cette jeune ukrainienne.

Ce qui a lui a permis d'être plus populaire auprès des Ukrainiens, c’est la façon dont il a endossé son rôle de commandant en chef, de chef des armées. Dès le premier de jour de la guerre, il est apparu en t-shirt kaki et en treillis. Et surtout, il reste dans Kiev et ne quitte pas la ville, allant jusqu’à se filmer en selfie devant des bâtiments reconnaissables.

Un suivi quotidien auprès des Ukrainiens

À lire aussi

Cette posture du chef d'État plaît énormément à Vadim, 17 ans, qui habite dans la banlieue ouest de Kiev. "Tous les anciens présidents d’Ukraine ont quitté le pays, mais lui il reste ici, avec nous. Il nous donne de l’espoir quant à notre victoire", affirme-t-il.

Depuis le début de la guerre, toutes les vidéos de Volodymyr Zelensky sont très suivies par la population, d’autant que le président ukrainien donne des nouvelles des autres villes du pays comme ce fut le cas de Marioupol récemment. "C'est de la pure terreur mais on essaye, on fait de notre mieux. Nous savons maintenant que 130 personnes ont pu être sauvées mais des centaines d'habitants restent coincés sous les décombres", avait-il détaillé.

Tatiana, qui travaillait dans le centre commercial détruit par une frappe russe lundi, ne rate aucune de ses apparitions. "Tous les soirs on regarde ses vidéos. La journée on n’a pas le temps de regarder les nouvelles mais le soir, on s’installe à la maison, on prépare du thé et on écoute notre président. Encore et encore. Ça nous donne de la force pour chaque jour qui passe", avoue cette Ukrainienne.

Des critiques éteintes par la guerre

Face à sa conduite depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, il est difficile de trouver des voix dissonantes ou critiques vis-à-vis de Volodymyr Zelensky. Il faut dire qu’en temps de guerre, les querelles politiques sont un lointain souvenir.

Anna par exemple, n’a pas voté pour lui en 2019.  Mais aujourd’hui, elle le soutient à 100% et elle a un message pour le président français et les députés : "Je veux dire à Emmanuel Macron, arrêtez d’appeler Poutine, s’il vous plait. Il l’a déjà appelé six fois et pour quel résultat ? Poutine est un terroriste, ce n’est pas quelqu’un avec qui on peut parler. Je pense que la France est un grand pays et qu’elle peut faire pression avec d’autres sur Poutine pour arrêter la guerre"

Finalement, les critiques que l'on entend dans la rue sont surtout dirigées vers les autres président européens et les Ukrainiens considèrent qu'il faut faire plus pression sur la Russie et fermer l'espace aérien au-dessus de l'Ukraine. Devant un bâtiment détruit dans un bombardement, un retraité dresse même un constat accablant des semaines à venir si les Occidentaux ne réagissent pas : "Si le monde ne nous aide pas aujourd’hui alors il fera face aux même problèmes que nous bientôt ".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/