4 min de lecture Présidentielle américaine

Présidentielle américaine : les 6 chantiers qui attendent Donald Trump

En dominant Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche, Donald Trump deviendra le 45e président des États-Unis. Il hérite de nombreux dossiers délicats.

Donald Trump deviendra le 20 janvier 2017 le 45e président des États-Unis
Donald Trump deviendra le 20 janvier 2017 le 45e président des États-Unis Crédit : MOLLY RILEY / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

"Je m'engage à être le président de tous les Américains". Donald Trump a déjoué les sondages et créé la surprise en devenant le 45e président des États-Unis  Une nomination qui a fait l'effet d'une bombe dans le monde entier alors qu'Hillary Clinton était donnée favorite pour succéder à Barack Obama à la Maison Blanche.

S'il est apparu extrêmement posé dans son discours de victoire, loin de l'image sulfureuse qu'il a donnée de lui tout au long de la campagne, Donald Trump suscite l'inquiétude dans la communauté internationale. Politique économique, politique migratoire, politique internationale... Les enjeux et les chantiers sont nombreux pour celui qui deviendra officiellement président de la première puissance mondiale le 20 janvier prochain au terme de la cérémonie d'investiture. 

1. La guerre en Syrie, préoccupation n°1

C'est sûrement l'un des principaux dossiers que devra gérer le futur président des États-Unis. En succédant à Barack Obama, Donald Trump hérite d'un dossier particulièrement complexe sur les questions terroristes. En première ligne : le conflit syrien. Les États-Unis sont engagés depuis l'été 2014 à la tête de la coalition internationale qui bombarde Daesh en Irak et en Syrie.

Donald Trump continuera-t-il dans cette direction ou voudra-t-il élaborer un nouveau plan afin de combattre durablement Daesh ? Les bombardements sont toujours d'actualité, selon lui, alors qu'il devra également combattre le terrorisme sur le sol américain. Les États-Unis n'ont pas été épargnés ces derniers mois par les attaques.

À lire aussi
La sénatrice Kamala Harris en mars 2020 (à gauche) et la sénatrice Tammy Duckworth (à droite) en février 2020 2020 États-Unis
Présidentielle américaine : quelle colistière démocrate pour Joe Biden ?

Un plan de bataille qu'il faudra mener de front avec la question du nucléaire iranien. Le président Hassan Rohani a affirmé que le futur chef de l'État américain ne pourra pas revenir sur l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances alors que Donald Trump l'avait régulièrement critiqué durant la campagne.

2. La question de l'immigration

Donald Trump ne mise que sur les États-Unis et il le fait savoir. À tel point qu'il avait fait de la question de l'immigration l'une des voûtes principales de sa campagne électorale notamment sur la question de la politique intérieure. 

Si Barack Obama a bien tenté de faire bouger les lignes, il s'est à chaque fois heurté au Congrès. À Donald Trump dorénavant d'affirmer ses positions au plus haut sommet de l'État. Son discours est simple : fermer les frontières et lutter contre les nouvelles arrivées possibles. Sa solution ? La construction d'un mur à la frontière des États-Unis et du Mexique. Une idée loin de la réforme de l'immigration proposée par Hillary Clinton, qui souhaitait faciliter l'accès à la nationalité pour notamment clarifier la situation de nombreuses familles. 

La route sera cependant longue avant de voir les 11 millions de sans papiers quitter le sol des États-Unis. Donald Trump veut d'abord s'attaquer aux "deux millions de criminels" avant de regarder vers les autres.

3. La question des armes à feu

La question revient régulièrement sur le devant de la scène dans ce pays régulièrement concerné par des fusillades meurtrières. Que faire face aux armes à feu ? Barack Obama a clairement échoué dans cette bataille alors que 30.000 personnes meurent à cause d'elle chaque année aux États-Unis.

Donald Trump est loin de vouloir faire évoluer les choses. Il considère le port d'armes comme un "droit naturel et inaliénable". Il veut notamment instaurer un permis fédéral, valable dans tous les États américains. Une position qui lui a notamment valu le soutien de la NRA, le puissant lobby des armes du pays.

4. L'accord de Paris, une signature à assumer

Que va devenir l'accord de Paris ? Alors que Barack Obama l'a officiellement ratifié, le chemin est encore long avant qu'il soit efficace. Les chefs d'État doivent dorénavant respecter les objectifs pris lors de la COP21 en France. Une signature qui pourrait voler en éclat avec l'élection de Donald Trump tant le candidat républicain a affirmé tout au long de la campagne qu'il voulait revenir sur de nombreuses décisions prises sous la présidence de Barack Obama.

Il a notamment comparé la question du réchauffement climatique à un pur "canular". Selon le milliardaire américain, cet accord de Paris "donne à des bureaucrates étrangers le contrôle sur la quantité d'énergie que nous, Américains, pouvons consommer dans notre pays". Va-t-il pouvoir s'en affranchir ? En théorie non. Un "Parexit" est officiellement impossible avant 2020.

5. Une dette publique très inquiétante

Si Barack Obama a joué la carte de l'union nationale au lendemain de la victoire de Donald Trump, nul doute que le candidat républicain attaque son prédécesseur. La dette publique a considérablement augmenté ces dernières années. En dix ans, elle est ainsi passée de 63,6% en 2006 à 108% en 2016, selon les chiffres du FMI. L'élection de Donald Trump pourrait ne rien arranger. Son programme est pointé du doigt par certains économistes alors que la dette a passé le cap des 19.000 milliards de dollars.

6. Russie, Chine... Des rivaux à dompter

L'élection de Donald Trump va-t-elle permettre un rapprochement avec la Russie ? La question est légitime tant les relations entre les deux pays étaient glaciales depuis l’éclatement du conflit en Ukraine. Et le magnat de l'immobilier, qui va dorénavant enfiler le costume de président, pourrait bien vouloir mettre fin à cette "guerre froide". Une position affirmée à l'heure où l'OTAN est largement pointée du doigt. Donald Trump y voit une organisation" obsolète" qui "pourrait mener à la Troisième guerre mondiale".

Autre préoccupation dans les rangs américains : la Chine. Les deux premières puissances mondiales se sont régulièrement opposées alors qu'elles partagent de nombreux intérêts économiques. Mais face à l'impérialisme chinois, les Américains se sont de plus en plus tournés vers les voisins asiatiques : le Japon et le Vietnam notamment. Dès lors, comment va agir Donald Trump ? Il s'est farouchement opposé à un traité de libre-échange dans cette zone et pourrait vouloir mener une véritable bataille à la Chine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine Donald Trump États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants