2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : ces républicains qui disent non à Donald Trump

Les voix s'élevant contre Donald Trump au sein de son propre parti sont de plus en plus nombreuses.

micro generique Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : ces républicains qui disent non à Donald Trump Crédit Image : MANDEL NGAN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Maeliss Innocenti

Plusieurs figures de la droite américaine s’apprêtent à ne pas voter pour le président Trump en novembre, conséquence plutôt inattendue du mouvement anti-raciste aux États-Unis.

La semaine dernière, son ancien ministre de la Défense, le général Mattis, reprochait dans une tribune à Donald Trump d’être un danger pour l’Amérique. Dans la foulée, d’autres hauts gradés ont pris leurs distances avec le président, y compris le général Kelly, qui était son principal collaborateur à la Maison Blanche.

La sénatrice républicaine Murkowski a approuvé les propos du général Mattis, en disant "nous arrivons à un point où nous pouvons être plus honnêtes avec les inquiétudes que nous pouvons avoir en interne et avoir le courage de nos propres convictions pour parler". C’est un peu de la langue de bois, mais ce qu’elle veut dire c’est que les déclarations accablantes du général Mattis ont donné un signal. Ça permet à d’autres républicains de sortir du bois, ceux qui ne se sont jamais totalement fondus dans le trumpisme.

Une opération anti-Trump en marche

Il y a quelques heures, le sénateur Romney, le candidat du parti à la présidentielle en 2012, le seul à avoir voté la destitution du président Trump, a participé à une marche vers la Maison Blanche avec le slogan Black Lives Matter, les vies noires comptent, qui est la formule de ralliement du mouvement. C’est du jamais vu.

À lire aussi
Joe Biden et Donald Trump (Illustration) Présidentielle américaine
Présidentielle américaine : comment suivre le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden ?

Des personnages en coulisses, des conseillers politiques ont créé des groupes qui financent et diffusent des publicités télé très anti-Trump en se présentant bien comme des républicains.

Il y a aussi le général Colin Powell, proche collaborateur de trois présidents républicains, Reagan et les Bush, ancien chef d’état major des armées, ancien conseiller à la sécurité nationale, ancien secrétaire d’État… C’est-à dire trois des postes les plus importants. Il a annoncé publiquement qu’il votera Biden, parce que, dit-il, "le président Trump ment tout le temps". Powell avait déjà appelé à voter Obama et n’a pas voté Trump en 2016. Donald Trump, par tweet, répond que Powell est l’un des responsables de la guerre en Irak. On se souvient de lui face à Villepin au Conseil de sécurité.

Le camp Bush ne devrait pas se ranger derrière le candidat Trump. La question est plutôt de savoir si les Bush, ou d’autres figures du parti républicain, comme la veuve du sénateur McCain, candidat du parti à la présidence en 2008 face à Obama, vont appeler explicitement à voter Biden.

Trump reste fort dans les sondages

Mais est-ce que tout cela peut nuire à Donald Trump ? Qu’autant de figures du camp républicain qui s’apprêtent à ne pas soutenir ou ne pas voter pour le président sortant de leur parti, ou même à voter pour le candidat démocrate, c’est inédit.

Le président Trump peut habilement retourner la situation. Ça peut l’aider à démontrer qu’il est toujours le candidat qui dérange l’Establishment, comme en 2016. On l’a oublié mais, à l’époque, toutes les grandes figures du parti l’avaient vigoureusement combattu avant qu’il ne soit élu à leur grande surprise.

Pour l’instant, dans les sondages, le soutien des sympathisants républicains pour le président reste très solide.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Politique Présidentielle américaine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants