3 min de lecture Mali

Opération Barkhane : la France est-elle vraiment seule au Mali ?

La France lutte déjà aux côtés de plusieurs forces internationales, mais elle est un acteur majeur dans le pays et a besoin de "partager le fardeau" selon Anne Giudicelli.

Un convoi de l'armée française au Mali (illustration)
Un convoi de l'armée française au Mali (illustration) Crédit : AFP / Archives, Pascal Guyot
Coline Daclin Journaliste

Trois soldats français sont décédés lundi 18 décembre au Mali. Le brigadier-chef Tanerii Mauri et les chasseurs de 1ère classe Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian sont morts dans le cadre de l'opération Barkhane, leur véhicule blindé léger ayant été atteint par un engin explosif improvisé. 

47 soldats français ont ainsi été tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations Serval puis Barkhane. Le bilan s'établit à 48 si on y ajoute un soldat mort au Tchad en 2013 dans le cadre de l'opération Epervier. Un bilan qui pousse certains à s'interroger sur la présence française dans la région.

Selon Ségolène Royal, "la France exerce un rôle difficile au Mali". "La France est seule, l'Europe doit venir en appui", a-t-elle déclaré ce mardi 29 décembre sur CNEWS. De la même manière, Anne Giudicelli, directrice et fondatrice du cabinet de conseil Terr(o)risc, concède sur RTL que "d'une certaine façon", la France ferait "le sale boulot" au Mali.

Plusieurs forces engagées

De fait, la France n'est pas seule au Mali. Elle lutte aux côtés des forces maliennes et de la force conjointe du G5 Sahel. Parmi eux, des soldats maliens mais aussi mauritaniens, burkinabés, nigériens et tchadiens. Les casques bleus de la MINUSMA, la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, sont aussi plus de 12 000 à être déployés dans le pays pour des tâches de nature sécuritaire. 

À lire aussi
La force Barkhane déployée au Mali (illustration) intervention française au Mali
Mali : six militaires blessés dans une nouvelle attaque

La force "Takuba", composée d'autres forces européennes et notamment d'Estoniens, est aussi en place depuis la mi-juillet pour aider Barkhane et "partager le fardeau" assure Anne Giudicelli. Enfin, l'European Union Training Mission (EUTM Mali) contribue avec la France à la formation des forces locales.

"Ceux qui disent que la France est seule au Mali se trompent", assurait également en novembre 2018 la ministre des Armées Florence Parly, alors que le Royaume-Uni avait envoyé trois hélicoptères en renfort de Barkhane.

Une "dynamique où tout le monde a sa part"

Le problème, c'est que toutes les forces déployées au Mali ont des rôles différents, et ne combattent pas toutes dans les faits. "Personne ne veut combattre. On va trouver des bonnes volontés pour faire de la formation ou envoyer quelques hélicoptères, mais les seuls qui sont sous le feu sont les Français", dénonçait en novembre 2019 l'ancien colonel et historien militaire Michel Goya, dans le JDD.

Des soldats sont déployés au Mali, mais aussi dans le reste du Sahel, sur une surface grande comme dix fois la France. Par ailleurs, les forces locales, formées depuis plusieurs années mais la France et les Européens, "n'ont pas encore acquis [...] les capacités pour prendre le relai", selon Anne Giudicelli

Dans ces conflits armés qu'elle qualifie de "dynamique où tout le monde a sa part", la directrice du cabinet de conseil Terr(o)risc estime qu'il faut "un sursaut politique". Selon elle, les soldats français "font tampon pour empêcher cette région, où il y a des intérêts importants français, de basculer dans un chaos et une gouvernance chariatique" mais "les groupes [terroristes] vont se renforcer tant qu'il y aura un problème de développement dans ces pays"

En attendant, le président Emmanuel Macron, qui a "salué la mémoire" des trois militaires décédés, a rappelé la "détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme". Officiellement, il n'est donc pas question de se retirer de la région.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mali Intervention française au Mali Militaires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants