4 min de lecture États-Unis

États-Unis : non, un agent noir du FBI n'a pas été arrêté à tort par des policiers blancs

Sur les réseaux sociaux, une vidéo semblant montrer un agent noir du FBI se faire arrêter à tort par des policiers blancs lors des manifestations après la mort de George Floyd a été beaucoup partagée. Problème : il ne s'agit pas d'un agent du FBI.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
États-Unis : non, un agent noir du FBI n'a pas été arrêté à tort par des policiers blancs Crédit Image : Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Retour sur les intox qui pullulent sur les réseaux sociaux concernant l’actuelle vague de protestations aux États-Unis. Au lendemain de la mort de George Floyd, le 25 mai dernier à Minneapolis, les manifestations ont commencé puis, quelques jours plus tard, des émeutes dans différentes villes des États-Unis. Presque un réflexe de l’époque, chaque évènement charrie son lot de fake news. Concernant, les protestations américaines, elles sont multiples.

Les premières, les plus impressionnantes, ce sont ces photos de bâtiments en feux, notamment à Washington. En début de semaine, une d’entre elle a été partagée des milliers de fois sur tous les continents. On y voit la capitale américaine plongée dans le noir, en proie aux flammes, avec comme dernière lueur l’obélisque de Washington encore éclairé de quelques spots. Une autre montre carrément la Maison Blanche en feu. Le siège de la présidence détruit, étrange que personne n’en parle.

En fait, c’est normal expliquent plusieurs internautes puisque cette dernière est extraite du film intitulé La chute de la Maison Blanche où celle-ci explose mais le président s’en sort, je vous rassure. La première avec l’obélisque est issue de la série Designated survivor, où cette fois-ci c’est le Capitole, siège du Congrès américain, qui explose. Une bonne série n’est pas toujours une bonne source d’information autant le rappeler. Des photos qui dans la nuit de dimanche à lundi étaient accompagnées de #DCBlackout soulignant des messages paniqués sur une coupure internet et d’électricité de Washington. Faux, explique NetBlocks, un observatoire du réseau mondial, aucune coupure n’a été signalée à cet endroit.

Un agent du FBI arrêté par erreur

Autre vidéo extrêmement virale, deux policiers blancs américains arrêtent un agent du FBI noir par erreur. "Ah ah, regardez ils arrêtent un gars mais il est du FBI, j’suis mort", "Ah comment ils se font bien avoir", voilà le genre de commentaires que l’on retrouve dans cette vidéo aux multiples partages. Deux policiers arrêtent un homme noir au hasard. Ils le menottent, regardent ses papiers puis le relâchent. Dans le contexte actuel cette vidéo est particulièrement marquante car c’est l’exemple typique de l’arrestation arbitraire.

À lire aussi
Une statue de Christophe Colomb à Colombus (Ohio) le 27 juin 2020 (illustration) racisme
VIDÉO - États-Unis : une statue de Christophe Colomb déboulonnée à Baltimore

Le journal Libération a remonté la source et découvre que cette vidéo est envoyée depuis un compte Instagram. La légende explique que ces images ont été filmées il y a un an à Rochester dans le Minnesota mais jamais il n’est évoqué que la personne arrêtée est un agent du FBI. Comment cet homme est-il devenu membre de l’Agence ? Nul ne sait, une réputation qui s’est brodée au fil des partages de la vidéo et qui ajoute à la confusion actuelle. D’ailleurs cette personne, précise la police de Rochester, a été relâchée car confondue avec un suspect. Voilà comment un symbole, se transforme en une intox perdant toute efficacité…

Des enfants soldats dans l'armée américaine ?

Il existe d’autres vidéos, notamment celle montrant des enfants soldats dans l’armée américaine. Ça parait totalement absurde mais c’est une vidéo partagée plus de 12 millions de fois. Atlanta, Géorgie dans la nuit de dimanche à lundi dernier : face aux manifestants, des militaires, et là apparait un soldat beaucoup plus petit que les autres au visage jeune. Des messages en anglais et en français enflamment les réseaux sociaux, "Atlanta a déployé une milice d’enfants, équipés de boucliers antiémeutes et de bâtons, au Lenox Mall", peut-on lire sur le site de Checknews qui a débusqué l’affaire.

Douze heures plus tard, un tweet de la Garde nationale précisant que pour servir dans ses rangs il faut avoir 18 ans ou 17 avec l’accord des parents, avant d’expliquer qu’il n’y a pas d’enfants soldats dans ses unités. En fait, il s’agissait d’un homme simplement plus petit que les autres. Voilà, ça ne va pas plus loin. Autant d’intox qui perturbent la compréhension d’un fait d’actualité brulant et intense. La meilleure façon de le comprendre, ne pas partager et vérifier la source, tout ira bien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Réseaux sociaux Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants