2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : non, StopCovid ne va pas pister vos contacts

Différentes intox circulent sur l'application StopCovid, votée ce mercredi 27 mai à l'Assemblée.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, StopCovid ne va pas pister vos contacts Crédit Image : AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par William Vuillez

Depuis l’annonce par le gouvernement de l’idée de cette application, on sent une petite tension. Certains voient en StopCovid un cauchemar totalitaire, d’autres un bienfait technologique. Un conseil n’en parlez pas en famille, surtout si, juste avant, quelqu’un a lancé un innocent "et la chloroquine vous en pensez quoi ?". L’intox la plus répandue concernant StopCovid est : "Cette application va pister tous mes contacts téléphone, hors de question !".

Sur les réseaux sociaux c’est un déchainement avec ce type de message : "Si vous téléchargez StopCovid, enlevez moi de vos contacts car cette application veut mettre tout le monde sous surveillance". Le journal Libération est revenu sur ce genre d’informations en interviewant le spécialiste en cybersécurité Baptiste Robert. Celui-ci explique que le contact se fait d’une manière anonyme, sans véritable identité et utilise le logiciel Bluetooth moins intrusif que le GPS. Il n’y aura pas d’accès au répertoire des téléphones. Si votre numéro fait partie des contacts d’une personne qui a téléchargé StopCovid vous ne serez pas suivi par les autorités.

Une rumeur que même Jean-Luc Mélenchon a relayée hier à la tribune de l’Assemblée nationale en demandant que son numéro soit enlevé si une de ses connaissances avait installé StopCovid sur son téléphone.

Un chantage à l'installation de StopCovid

Là on passe à un cran au-dessus avec ce terme de chantage. Repéré par le journal 20 Minutes sur Facebook et Twitter, un message a été de nombreuses fois partagé et signé par un compte répondant au nom de "Surveillance généralisée" : "Et voilà nous y sommes, début de tentative de chantage à l’installation. Le député Damien Pichereau propose une autorisation de déplacement élargie à 150 km en contrepartie de l’installation de l’application". Message suivi d’une lettre avec le logo de l’Assemblée nationale signée Damien Pichereau et adressée au secrétaire d’État chargé du Numérique Cédric O.

À lire aussi
Une femme se fait vacciner (photo d'illustration) coronavirus
Coronavirus : que sait-on sur le vaccin Moderna bientôt en phase finale de test ?

Une missive que l’on retrouve sur le compte Twitter du député LaREM de la Sarthe et qui fait cette proposition. Donc ce serait vrai, si on télécharge StopCovid on peut partir à 150 km alors que les autres resteraient à 100 km, une corona version du "t’auras un bonbon si t’es sage". C’est vrai mais c’est une proposition simplement et non retenue par Cédric O qui dans un tweet a rejeté cette idée en rappelant que la base de StopCovid était le volontariat.

Non, StopCovid n'a pas été mise en ligne fin avril

Beaucoup de Français ont téléchargé StopCovid fin avril, début mai, sur Google Play et l’Apple Store, mais peu étaient contents du résultat car elle n’était disponible qu’en Anglais et Géorgien. Le gouvernement incapable de défendre la langue de Molière ? Non, tout simplement il s’agissait d’une application lancée par le gouvernement de la Géorgie avec le même nom StopCovid. À une différence près, en France, "StopCovid" est attaché, alors que pour la version géorgienne "Stop Covid" est détaché. Donc non, StopCovid n’a pas été mise en ligne fin avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Société Application
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants