2 min de lecture Faits divers

Manifestations aux États-Unis : qui était George Floyd, décédé lors d'une interpellation policière ?

La mort de George Floyd lundi 25 mai a suscité une vague de manifestations. L'homme est devenu le symbole du racisme aux États-Unis.

La mort de George Floyd a suscité l'indignation aux États-Unis
La mort de George Floyd a suscité l'indignation aux États-Unis Crédit : Stephen Maturen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
IMG_0047
Nicolas Scheffer

Plusieurs centaines de citoyens américains ont défilé dans les grandes villes du pays ces derniers jours. À Minneapolis, des scènes d'émeutes ont embrasé la ville après la mort de George Floyd, un Afro-Américain décédé à la suite d'une interpellation policière. Celui-ci est devenu le nouveau symbole d'un racisme jugé systémique dans un pays où la ségrégation raciale avait encore cours dans les années 1960. 

George Floyd avait 46 ans. Il avait quitté le Texas pour commencer une nouvelle vie dans la ville de Minneapolis dans le Minnesota, au nord des États-Unis. Cet homme décrit comme généreux avait perdu son emploi pendant le confinement.   

"Tout le monde aimait mon frère", témoignait sur CNN Philonese Floyd le lendemain de la mort de George. "C'est un doux géant, il ne fait jamais de mal à personne", poursuit-il. D'abord camionneur dans le Minnesota, le défunt est devenu agent de sécurité dans un restaurant avant la mise en place du confinement. 

Je me souviens qu'il disait vouloir toucher le monde, avoir un impact

Jonathan Veal, ami d'enfance de George Floyd
Partager la citation

"Il nous faisait nous sentir en sécurité", se souvient sur la radio publique américaine NPR Luz Maria Gonzalez, une cliente de l'établissement qui avait ses habitudes. Il lui disait "Hey, Luz, je vais attendre avec toi jusqu'à ce que tu montes dans le taxi", insiste-t-elle.

À lire aussi
Le parc d'attractions Saint-Paul, dans l'Oise faits divers
Oise : une femme décède dans un accident de manège

"Je me souviens qu'il disait vouloir toucher le monde, avoir un impact", témoigne Jonathan Veal, un ami d'enfance sur une chaîne de télévision locale. George Floyd faisait deux mètres de haut, ce qui lui permettait de briller lors des matches de basket et de football américain qu'il affectionnait. Il s'était aussi essayé au hip-hop. Son ami du lycée se souvient avoir échangé un SMS avec George Floyd. "Ma foi est en train de revenir là où elle doit être", racontait ce père ce deux enfants en janvier. 

"Je n'arrive pas à respirer"

Lundi 25 mai, le jour du drame, la police soupçonnait George Floyd d'avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour acheter des cigarettes, après l'appel d'un employé d'une épicerie où il venait de se rendre. 

Pendant l'arrestation, un policier blanc a pressé son genou sur son cou, alors que le suspect, à terre, menotté et non armé, suppliait qu'on le libère. "S'il vous plaît, s'il vous plaît, je n'arrive pas à respirer", ont été parmi les derniers mots qu'il a prononcés. 

La scène a été filmée et partagée sur les réseaux sociaux. Quatre policiers ont été licenciés et celui qui a causé la mort de George Floyd a été inculpé d'homicide involontaire. Il "n'était rien de moins qu'un ange envoyé sur terre, a déploré sa petite amie à propos de George Floyd, Courtney Ross à la télévision américaine, nous l'avons diabolisé et nous l'avons tué".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants