1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. IVG en Pologne : le gouvernement veut inscrire chaque grossesse dans un registre médical numérique
1 min de lecture

IVG en Pologne : le gouvernement veut inscrire chaque grossesse dans un registre médical numérique

Le droit à l'avortement recule à nouveau en Pologne. Un "registre de grossesse" va être mis en place, dans lequel figurera chaque nouvelle grossesse.

IVG (Illustration)
IVG (Illustration)
Crédit : MANOOCHER DEGHATI / AFP
Philippine Rouvière Flamand

Les lois contre l'interruption volontaire de grosse (IVG) se durcissent encore en Pologne, où l'avortement est déjà quasiment interdit. En effet, il n'est aujourd'hui autorisé que dans deux cas : lorsque la grossesse résulte d'un acte illégal et quand elle représente un risque pour la santé et la vie de la mère. Ainsi, en cas de malformation du fœtus par exemple, il est interdit de pratiquer une IVG. Ces lois répressives ont conduit à une situation qui voit moins de 2.000 avortements pratiqués légalement, contre 200.000 illégaux chaque année, selon des organisations féministes, citées par le Monde

Mais ce cadre, déjà fortement contraignant, va encore s'alourdir. Le gouvernement polonais a adopté lundi 6 juin une disposition portée par le ministre de la Santé, Adam Niedzielski obligeant les médecins à inscrire les grossesses dans un registre médical numérique, au même titre que les maladies, les traitements, les visites médicales ou le groupe sanguin du patient. Selon l'opposition, cela représente "un nouvel outil de répression, (...) d'influence politique de l'État sur nos vies, sur notre santé", comme l'explique la députée libérale Kamila Gasiuk-Pihowicz devant la presse polonaise. 

Une autre députée, Katarzyna Lubnauer rappelle également que "depuis six ans, tranche par tranche, les droits reproductifs des femmes sont restreints" en Pologne. "D’abord, on introduit la contraception d’urgence sur ordonnance (…), puis la fécondation in vitro n’est plus financée par le budget de l’État", poursuit-elle. 

La Pologne est aujourd'hui l'un des États les plus répressifs au monde en terme d'avortement. À titre de comparaison, l'IVG est autorisée en France jusqu'à 14 semaines de grossesse (16 semaines après le début des dernières règles), sans qu'aucune justification ne soit nécessaire. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire