1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : sur la route de ceux qui décident de prendre les armes
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : sur la route de ceux qui décident de prendre les armes

REPORTAGE - Alors que 368.000 Ukrainiens viennent trouver refuge en Europe, il y a ceux qui font le chemin inverse. C'est la mission de Levia, portrait d'un chef de famille qui veut sauver les siens et retourner se battre.

Une femme blessée devant un hôpital après le bombardement de la ville de Chuguiv, dans l'est de l'Ukraine, le 24 février 2022.
Une femme blessée devant un hôpital après le bombardement de la ville de Chuguiv, dans l'est de l'Ukraine, le 24 février 2022.
Crédit : Aris Messinis / AFP
Guerre en Ukraine : sur la route de ceux qui viennent sur la terre des bombardements
00:01:37
Guerre en Ukraine : sur la route de ceux qui viennent sur la terre des bombardements
00:01:37
Cindy Hubert - édité par Lison Bourgeois

Face aux violences subies, on compte désormais 368.000 réfugiés ukrainiens qui viennent trouver refuge en Europe. La plupart d'entre eux passent la frontière avec la Pologne. Si les Ukrainiens sont très nombreux à fuir les combats, certains d'entre eux font le trajet dans l'autre sens.

Dans la file d'attente sans fin pour ceux qui espèrent monter dans un train pour l'Ukraine, un homme fait deux têtes de plus que tous les autres. Levia mesure presque deux mètres, mais il n'a rien d'un surhomme. Cet ouvrier qui travaille dans le bâtiment, baisse la voix pour nous dire qu'il a peur : "Je n'ai jamais touché une arme de ma vie"

Mais la première mission de Levia, ça sera d'abord de sauver ses parents, pris au piège dans Kiev. Son père ne peut plus marcher pour descendre à l'abri au sous-sol. Il est gravement malade.

On va me donner une arme et je rejoindrais un petit groupe sous le commandement de quelqu'un d'expérimenté

Levia, chef de famille Ukrainien.

"La première chose que je dois faire, c'est d'apporter ses médicaments, son traitement, à mon père. Ses médicaments sont introuvables maintenant à Kiev. Donc d'abord il faut que je sauve mon père. Ensuite j'essaierais de l'accompagner à la gare, pour l'Ouest. Et puis le plus près possible de la frontière avec la Pologne".

À lire aussi

Une fois en Ukraine, il sait qu'il n'aura plus le droit de partir. "On va me donner une arme et je rejoindrais un petit groupe sous le commandement de quelqu'un d'expérimenté. Je suis prêt à tuer des Russes, comme beaucoup de monde. Regardez la queue ! C'est une décision mûrement réfléchie pour protéger mon pays."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.