1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - "Désormais c'est Russie et Chine contre États-Unis et Occident", estime François Lenglet
3 min de lecture

ÉDITO - "Désormais c'est Russie et Chine contre États-Unis et Occident", estime François Lenglet

Alors qu'Emmanuel Macron a rencontré Vladimir Poutine ce lundi 7 février et que les J.O. d'hiver sont officiellement lancés à Pékin, François Lenglet fait le point sur la relation entre la Chine et la Russie.

Joe Bide et Vladimir Poutine
Joe Bide et Vladimir Poutine
Crédit : Pavel Golovkin, Eric BARADAT / AFP / POOL
Les dessous de l'alliance entre la Chine et la Russie
00:03:45
Les dessous de l'alliance entre la Chine et la Russie
00:03:46
François Lenglet - édité par Lison Bourgeois

Après Moscou, Emmanuel Macron se rend aujourd’hui à Kievcapitale de l’Ukraine. Il a l’espoir de désamorcer la crise, dans un contexte géopolitique complètement bouleversé. Alors que la Russie menace d’envahir l’Ukraine, au grand dam des Européens et Américains, il s’est produit un événement considérable jeudi dernier. 

À l’occasion de l’ouverture des J.O. à Pékin, Xi Jinping, le dictateur chinois, et Vladimir Poutine ont scellé une alliance entre leurs deux pays. Cette réconciliation entre les deux géants met fin à presque cinquante ans de jeu 2+1, États-Unis + Chine contre la Russie. 

En fait, c’est toujours 2+1, mais c’est désormais Chine-Russie contre États-Unis et l’Occident de façon large. C’est une alliance politique, militaire et économique. La Russie a échangé un soutien chinois dans ses revendications pour inféoder l’Ukraine et limiter le champ de l’OTAN, contre son propre soutien à la Chine.

Et les deux pays multiplient les déclarations belliqueuses à l’encontre des Américains, en affirmant que l’ordre international est en train de changer à leur profit. Cela veut dire aussi que la Chine s’estime désormais légitime à intervenir dans les affaires européennes, c’est une révolution.

Que faut-il attendre de cet accord ?

À écouter aussi

Insensiblement, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de la Russie, avec un commerce bilatéral de plus de 100 milliards d’euros par an. Dans l’accord de la semaine dernière, la Russie s’est engagée à fournir pour plus de 100 milliards d’euros de gaz et de pétrole à la Chine.

Un pipeline achemine déjà le gaz sibérien jusque dans l’empire du Milieu, un second devrait être construit d’ici 2 à 3 ans. Les deux pays veulent aussi coopérer dans l’exploitation de l’Arctique, le pôle Nord, et dans l’établissement des normes technologiques, jusqu’ici largement définies par les États-Unis. 

Ils veulent aussi associer leurs constructeurs aéronautiques, afin de concurrencer Airbus et Boeing. Et la coopération programmée s’étend jusqu’au nucléaire. Rosatom, le constructeur russe de centrales nucléaires, opère depuis peu en Chine. Enfin, au plan financier, il y a un projet de construire un système de transferts internationaux qui pourrait rendre complètement inopérantes les sanctions prises par l’Occident contre Moscou.

En quoi ce projet de système de transferts internationaux protégerait la Russie ?

Aujourd’hui, les transferts financiers internationaux pour régler le commerce passe par le réseau Swift, un réseau bancaire contrôlé par l’Amérique, qui peut bloquer qui elle veut et lui interdire d’utiliser le dollar. S’il existe une alternative, avec la monnaie chinoise, et c’est le souhait de la Chine de la développer, tout change. 
 
Cela fait un demi-siècle que les deux pays étaient brouillés. Depuis la fin des années 1950. Il y avait eu de très violentes algarades militaires sur la frontière commune, et presque un climat de guerre entre Mao et Kroutchev, les deux communistes. 

Entre les États-Unis et la Chine, la relation a pris un tournant

Peu après, Nixon, président américain, s’est rapproché de Pékin, à l’initiative de son secrétaire d’État Henry Kissinger, qui voulait isoler la Russie en jouant la carte chinoise. Ça a été le coup diplomatique du siècle.

En 1971, Nixon se rend à Pékin, en apportant à Mao une roche ramassée sur la lune. C’est un voyage triomphal. Dix ans plus tard, c’est Deng Xiaoping qui visite l’Amérique. Et les relations entre les deux puissances ne cesseront de se développer durant les décennies suivantes, sur le plan commercial, financier, technologique, politique, donnant un essor considérable à la Chine en lui ouvrant les portes du monde. 

Jusqu’à aujourd’hui, où la Chine est au contraire en train de se "désincarcérer" de l’Amérique, pour se retourner contre elle en nouant des liens avec son ancien ennemi, la Russie. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/