1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : le confinement, décidé en Italie, "ne fonctionne pas"
2 min de lecture

Coronavirus : le confinement, décidé en Italie, "ne fonctionne pas"

INVITÉ RTL - Frédéric Bizard, économiste de la santé, revient sur les spécificités italiennes dans la gestion du virus.

Une Italienne porte un masque en pleine épidémie du coronavirus (Illustration)
Une Italienne porte un masque en pleine épidémie du coronavirus (Illustration)
Crédit : Pier Marco Tacca / ANADOLU AGENCY
Coronavirus : le confinement, décidé en Italie, "ne fonctionne pas"
00:05:58
Coronavirus : le confinement, décidé en Italie, "ne fonctionne pas"
00:05:58
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Maxime Magnier

L'épidémie de coronavirus continue de progresser, et notamment en Italie, où le nombre de cas avérés est désormais de 3.000, et le nombre de morts de 107. Frédéric Bizard, économiste de la santé et président de l'Institut Santé, explique d'abord qu'"on est à la quatrième pandémie en moins de 20 ans. Et il y a eu quatre pandémies le siècle dernier. Donc on voit qu'il y a eu une accélération de ces pandémies du fait, tout simplement, des échanges internationaux, d'un contexte mondialisé sur le plan du commerce."

Pour ce qui est de l'Italie, le pays "a moins bien su endiguer cette épidémie pour deux raisons. La première, c'est que le système italien est régionalisé. Les deux premiers foyers sont apparus en Lombardie et en Vénétie, et la gestion a été régionale. Le virus, lui, ne connaît pas les frontières régionales", poursuit le président de l'Institut Santé. Il ajoute : "Et s'est ajoutée à cela une sorte de règlement de compte politique. Ces deux régions sont dirigées par la Ligue du Nord, et il y a eu une volonté de gérer [l'épidémie] à l'échelle régionale sans un transfert immédiat des informations".

"Vous avez toujours des fuites"

Frédéric Bizard, économiste de la santé

D'ailleurs, "il y a eu une crise politique" en Italie fin février, "un règlement de compte avec une réunion de l'ensemble des gouverneurs des 20 régions italiennes au palais présidentiel où on a remis les choses à plat. Et, depuis, il y a eu une bonne coordination", poursuit Frédéric Bizard. 

Une situation qui ressemble à celle de la Chine "où on a masqué les premiers cas et, une fois qu'on a réalisé le confinement, c'était trop tard", précisé l'économiste de la Santé. "À la fois, on voit qu'il y a un contexte politique, que ce soit en Chine ou en Iran, où ça ne fonctionne pas. Le régime autoritaire qui n'est pas transparent et masque les premiers cas, ça ne fonctionne pas pour endiguer cette épidémie". Dans le même temps, en Italie "il y a un système très régionalisé où, finalement, l'État est relativement faible dans la protection sanitaire, comme c'est le cas en Italie. Là, c'est plutôt un inconvénient pour gérer ce type de crise sanitaire."

À lire aussi

Concernant la fermeture provisoire des universités et écoles italiennes, Frédéric Bizard assure que "le confinement politique, ça ne fonctionne pas. Parce que vous avez toujours des fuites, vous n'empêchez pas des gens qui sont contaminés de sortir de cette zone de confinement." "On essaie de mettre un système qui n'est pas 100% efficace. (...) Ça n'empêche pas la diffusion des cas."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/