1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Israël : non, l'explosion des cas ne prouve pas l'inefficacité du vaccin
2 min de lecture

Coronavirus en Israël : non, l'explosion des cas ne prouve pas l'inefficacité du vaccin

FACT CHECKING - L’explosion des cas de Covid-19 en Israël démontre-t-elle l’inefficacité de la vaccination ? Pas vraiment.

Une femme israélienne se faisant vacciner contre la Covid-19 le 28 décembre 2020.
Une femme israélienne se faisant vacciner contre la Covid-19 le 28 décembre 2020.
Crédit : JACK GUEZ / AFP
Coronavirus en Israël : non, l'explosion des cas ne prouve pas l'inefficacité du vaccin
02:52
Coronavirus en Israël : non, l'explosion des cas ne prouve pas l'inefficacité du vaccin
02:52
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

L’état hébreu semble bloquer dans une dimension des contraires. D’un côté on célèbre une vaccination de masse et de l’autre on s’inquiète d’une flambée des cas. 2,3 millions d’Israéliens ont reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19 et plus de 500.000 d’entre eux une seconde. 8.000 nouveaux cas quotidiens sont actuellement recensés chaque jour en Israël, soit deux fois plus qu'il y a trois semaines. Lundi dernier, pour la première fois, le taux de positivité a dépassé les 10%.

C’est contradictoire, c’est confus et perturbant donc si je vous dis que c’est un terreau fertile à intox, ça ne vous étonnera pas et c’est le cas. "En Israël ça vaccine et ça confine, vous voyez le truc ?", écrit un adepte de Twitter et semble répondre à cette personne qui écrit sur le réseau social. "C’est bizarre qu’il y ait plus de cas alors qu’ils sont tous vaccinés". Alors c’est vrai que ça interroge mais le vaccin n’a pas une incidence immédiate, on parle de science et pas de magie, une piqûre ne fait pas disparaitre l’épidémie d’un seul coup et les premières études indiquent au contraire une tendance encourageante.

Une situation qui n'étonne pas les experts

D'un côté, les trois quarts de la population n'ont encore reçu aucune dose de vaccin et ne peuvent donc espérer aucune protection. D'autre part, environ 30 à 40 % des personnes infectées l'auraient été par le variant britannique plus contagieux, d'après les projections officielles explique le journal Le Parisien/Aujourd’hui en France. Une première dose administrée puis une deuxième du vaccin Pfizer, on connait la formule et si on suit ce rythme, on connaitra véritablement l’impact de la vaccination en Israël au mois de mars. 

Donc quand certaines publications lient la hausse des contaminations à la campagne de vaccination c’est faux, ça n’a pas de lien et il est encore trop tôt. De plus, une étude israélienne publiée cette semaine par le centre médical Sheba à Tel Hashomer montre que le vaccin était efficace après deux doses. 102 employés ont passé un test sérologique une semaine après avoir reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer. Résultat : 100 d’entre eux avaient des niveaux d’anticorps 6 à 20 fois plus élevés qu’une semaine plus tôt. Donc, non la diffusion du virus n’est pas multipliée par la vaccination, au contraire c’est elle qui le freinera.

Le même genre d'intox existe aussi en Espagne

À lire aussi

Avec le Portugal, l’Espagne inquiète. La péninsule ibérique pourrait être la nouvelle zone rouge de l’Europe. Jeudi en Espagne plus de 41.000 cas en 24h ont été annoncés et en même temps Madrid lance les deuxièmes injections de Pfizer. Objectif ? Plus de 2 millions de personnes vaccinées fin janvier. Là encore on trouve des intox liant vaccins à l’augmentation du Covid, et la soit-disant preuve de l’inefficacité du sérum anti-Covid. Il faut juste du temps, une brèche temporelle adorée par les fabricants de fausses informations. Le plus simple c’est donc le geste barrière numérique, ne partagez pas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/