4 min de lecture Coronavirus États-Unis

Coronavirus aux États-Unis : la pandémie est-elle hors de contrôle ?

ÉCLAIRAGE - Les États-Unis sont le pays le plus touché de la planète par le virus avec plus de 140.000 morts et plus de 63.000 nouveaux cas de contamination ce dimanche 19 juillet.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus aux États-Unis : la pandémie est-elle hors de contrôle ? Crédit Image : Apu GOMES / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Thomas Pierre

Alors que le masque est obligatoire en France ce lundi 20 juillet dans les lieux publics clos, les États-Unis restent le pays le plus touché de la planète par le coronavirus : plus de 140.000 morts et plus de 63.000 nouveaux cas de contamination enregistrés ce dimanche. Et pour rassurer, Donald Trump se contente d'un "vous verrez, le virus finira par disparaître". La pandémie aux États-Unis est-elle tout simplement hors de contrôle ? 

D'ici quelques jours, les États-Unis vont dépasser la France en nombre de morts de Covid-19 par habitant. Alors, que s'est-il passé ? Au printemps, la pandémie a surtout frappé ici l'agglomération de New York, qui compte plus de morts que la France tout entière. Dans la ville, un habitant sur 400 est mort de la Covid. Pendant ce temps là, la plupart des autres États étaient épargnés. 

Et donc, le président Trump a mis la pression pour faire repartir au plus vite l'activité économique. Cela s'est fait précipitamment, en désordre, sans respecter les gestes barrières. Et depuis, le nombre de cas s'envole dans tous les États du sud de la Californie et la Floride, en passant par l'Arizona et le Texas. 

Les jeunes davantage touchés

Le président Trump répète que c'est seulement en raison du nombre de tests, mais cela n'a aucun sens. Le nombre de cas positifs par test est très élevé : parfois un test sur quatre ou cinq. Avec un certain délai, cette courbe inquiétante du nombre de cas, on la retrouve dans le nombre d'hospitalisations. 

À lire aussi
Le président Donald Trump lors d'une conférence de presse à Bedminster, New Jersey, le 8 août 2020 Coronavirus États-Unis
États-Unis : Trump promulgue un nouveau plan d'aide par décret

De plus en plus de services de réanimation sont saturés et maintenant aussi dans les chiffres de la mortalité qui s'accélèrent à nouveau avec une différence majeure avec ce que nous avons vécu ici à New York, au printemps. C'est que ce sont surtout des jeunes qui sont contaminés et donc ils devraient être moins nombreux à mourir. 

Pourquoi les jeunes ? Kylian a 19 ans, il habite à West Palm Beach, en Floride : "Samedi dernier, on devait aller à un bar et le bar était rempli avec plus de 200 personnes. Aucun port de masques. Les gens ici sont très 'freedom of speech' (très liberté d'expression, ndlr). Pour eux, il ne faut pas leur imposer quoi que ce soit". Kylian vit au nord de l'agglomération de Miami, qui est désormais l'épicentre mondial de la pandémie. 

La Californie reconfine, la Floride s'y refuse

Du coup, une partie de l'Amérique reconfine depuis plusieurs jours dans une grande confusion, parce qu'ici, ça dépend des États, des comtés et des villes. Donc, 80% de la Californie reconfine bars, bureaux, etc. La Floride s'y refuse, le Texas hésite. 

Chaque jour, on nous annonce que telle ou telle activité ne reprendra pas avant 2021. Et même des événements prévus début 2021 sont désormais annulés. L'administration Trump prédisait que la pandémie serait derrière nous à la fin du mois de mai. On en est loin. 

En fait, non seulement on ne voit pas le bout du tunnel, mais on s'enfonce de plus en plus dans l'obscurité à nouveau. C'est pour ça que beaucoup d'habitants des villes déménagent définitivement et que des expatriés partent. "La France, l'Europe aujourd'hui, inspirent confiance", explique cette Française qui a quitté l'Hexagone il y a 20 ans. 

Cette famille d'expatriés a été reconfinée pendant plus de quatre mois au nord de New York. Car ici, même si la courbe ressemble désormais à celle de la France, les salles de restaurant, de sport, de cinéma, rien n'a rouvert. Les spécialistes prédisent même un krach immobilier. Il y a des sans abris partout dans les rues et les chiffres de la délinquance explosent. 

Le virus peut-il faire perdre Trump ?

À quatre mois maintenant de la présidentielle américaine, est-ce que ce virus peut faire perdre l'élection à Trump ? En tout cas, c'est le scénario qui se dessine. Deux tiers des Américains lui reprochent sa gestion chaotique de la pandémie. 

Mais ce que montrent aussi les sondages, c'est que beaucoup d'Américains, notamment des personnes âgées, des femmes, toléreraient plus ou moins le spectacle Trump par temps calme, avec une économie qui tournait bien. Mais il leur semblent aujourd'hui insupportable un pleine tempête. Près de 50 millions d'Américains ont perdu leur emploi. 

Alors, il faut rester prudent, car nous sommes à trois mois et demi de l'élection. Où en sera la pandémie ? Combien de chômeurs à l'automne ? L'économie va-t-elle redémarrer ou à nouveau caler ? Combien de morts de la Covid-19 ? Plus de 200.0000 avant novembre, prédisent les modèles scientifiques. Prudence aussi parce que les sondages ne sont qu'une photographie de l'opinion aujourd'hui, pas une prédiction. 

Le Texas penche pour Biden

Mais tous montrent un décrochage spectaculaire du président Trump depuis le printemps qui s'accentue ces dernières semaines. Et si l'élection avait lieu demain, ce serait un tsunami. 

Prenons un exemple : le Texas, deuxième État le plus peuplé, très touché désormais par le virus. Dans ce bastion conservateur qui n'a pas voté pour un candidat démocrate à la présidentielle depuis 1976, Joe Biden a cinq points d'avance sur Donald Trump. Il y diffuse une campagne publicitaire, non pas pour vanter son programme, mais pour rassurer et promettre de rassembler l'Amérique meurtrie. "Je ne vous abandonnerai pas". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus États-Unis États-Unis Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants