2 min de lecture D-day

Commémorations du 6 juin 1944 : Robert Capa, le célèbre photographe du D-Day

Le photographe hongrois, présent sur les plages du Débarquement le 6 juin 1944, a permis à des millions de personnes du monde entier de découvrir les images de cette journée historique.

L'une des photos les plus célèbres de Robert Capa prise le 06 juin 1944 lors du Débarquement sur la plage d'Omaha
L'une des photos les plus célèbres de Robert Capa prise le 06 juin 1944 lors du Débarquement sur la plage d'Omaha Crédit : FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Quentin Marchal

Il y a 75 ans jour pour jour exactement débutait le Débarquement en Normandie. Pour l'occasion, de nombreuses commémorations ont lieu durant toute la journée de ce jeudi 6 juin mais il faut savoir qu'à l'époque, la nouvelle avait fait très vite le tour du monde.

Le Débarquement est en effet la première grande bataille de l’Histoire qui a été suivie presque heure par heure à l’autre bout de la planète. Les soldats américains avaient avec eux des journalistes chargés de raconter cette bataille, la plus importante de l’histoire américaine depuis la guerre de Sécession. 

Il y a aussi ceux qui ont rusé pour y être, comme la photographe Martha Gellhorn, qui était alors marié à Ernest Hemingway. Elle s’est faufilée dans les toilettes d’un navire-hôpital en se faisant passer pour une brancardière. Son mari, lui, était sur une barge, à la jumelle, mais n’a pas pu débarquer. 

Dans l’un des avions qui a traversé la Manche, il y avait Walter Cronkite, qui a été ensuite le grand présentateur pendant des décennies du journal télévisé de CBS. C’est lui ce moustachu qu’on voit dans les archives annoncer à l’Amérique la mort de Kennedy.
Mais celui dont je veux vous parler, qui a fixé dans notre mémoire collective les images de cette bataille, c’est Robert Capa.

11 clichés entrés dans l'Histoire

À lire aussi
Jean Morel (à droite) avec deux autres vétérans du commando Kieffer, René Rossey et Léon Gautier, le 5 mai 2017. D-day
Mort de Jean Morel, l'un des derniers vétérans du commando Kieffer

Né en Hongrie et de croyance juive, il travaillait pour le grand magazine Life, qui a beaucoup inspiré plus tard Paris Match. Il était intégré au 16e régiment d’infanterie, une unité d’élite et a débarqué à Omaha Beach, le 6 juin 1944 à 6h30 du matin. 

En apercevant le rivage, l’horreur dépassait ce qu’il avait imaginé. Des hurlements, des morceaux de corps partout, les balles déchirant l’eau autour de lui où se mêlaient le sang et les vomissements et où flottaient des corps... Le théâtre d'une atmosphère de chaos. Il a traversé un barrage d’obus avec son appareil photo, pour prendre quelques premiers clichés. Comme le visage d’un jeune soldat casqué à moitié submergé, avec des éléments flous au second plan. Une image historique devenue très célèbre partout dans le monde.

Par la suite, l’un de ses appareils s’est bloqué. À l’époque, ils n’étaient pas étanches à l’eau et il fallait changer les pellicules. Il est donc vite remonté sur un bateau vers l’Angleterre pour aller rapidement développer ces 4 pellicules afin que les clichés partent très vite à Life Magazine à New York. Il fallait que l’Amérique voit ce jour-là de ses propres yeux.

La légende veut que presque tous les clichés aient été détruits dans l’empressement, au laboratoire photo, en Angleterre. Il n’en resta que 11. 11 photos qui ont néanmoins fasciné le monde entier. Elles sont floues, mais on y sent le chaos, la peur, et le courage de ces hommes. La force de ces images dépasse d’ailleurs ces 11 clichés et Capa a intitulé son livre de mémoires de guerre, "Juste un peu flou".

PODCAST
La rédaction vous recommande
Lire la suite
D-day Débarquement de Normandie Seconde Guerre mondiale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants