1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Brexit : quelles sont les conséquences économiques pour la City ?
2 min de lecture

Brexit : quelles sont les conséquences économiques pour la City ?

En raison du Brexit, 7.600 emplois ont, ou sont en train d’être redéployés du Royaume-Uni vers l’Europe. 102 entreprises quittent Londres pour Paris.

Illustration du quartier de la City à Londres, le 15 janvier 2021
Illustration du quartier de la City à Londres, le 15 janvier 2021
Crédit : Tolga Akmen / AFP
Royaume-Uni : le Brexit fait souffrir la City
02:42
Marie Billon - édité par Marie Gingault

Cela fait un peu plus de cinq ans que les Britanniques ont voté pour le Brexit. Le référendum c’était le 23 juin 2016, et depuis la City, le cœur financier de Londres, en paye les conséquences. 

La City n’est pas dépeuplée, mais elle est certainement moins peuplée. Selon le cabinet d’audit EY, 7.600 emplois ont, ou sont en train d’être redéployés du Royaume-Uni vers l’Europe. Et il n’y a pas que les jobs qui ont bougé, d’après une étude du centre de réflexion New Financial : 440 entreprises de la City ont déménagé vers le continent une partie de leurs employés, activités, entités juridiques ou capitaux.

Ça a un chiffre : 1.000 milliards d’euros de capitaux autrefois dans les banques britanniques sont maintenant dans des coffres-forts européens. C’est 10% du total des actifs du secteur financier britannique. Tout ça, ce n’est pas bon pour le Royaume-Uni dont l’économie repose grandement sur les services financiers puisque c’est 7% de l’économie nationale et plus d’un million d’emplois.

La City fragilisée par le Brexit

Il n’y a pas une place financière européenne qui a tout raflé. Tous ces jobs et tout cet argent ont été éparpillés un peu partout. Le grand gagnant c’est Dublin : l’Irlande a raflé 135 entreprises identifiées par New Financial. Mais Paris est juste après : 102 entreprises ont quitté Londres pour la capitale française, soit 19% des déménagements. Parmi les grands noms il y a chez les assureurs AXA notamment, et dans les banques : BNP Paribas, Société générale, les américains JP Morgan, Morgan Stanley et bien d’autres encore.

À lire aussi

La City était très majoritairement contre la sortie de l’Union européenne, parce qu’elle savait qu’elle en souffrirait beaucoup. Aujourd’hui, elle est très loin d’être à genoux, mais elle est clairement fragilisée, ne serait-ce que parce que l’incertitude règne encore. Le fameux accord du Brexit, trouvé in extremis en décembre dernier, ne concerne que le commerce, pas les services financiers. Londres voudrait un système d’équivalences, de reconnaissance mutuelle des normes entre l’UE et le Royaume-Uni, mais les discussions pour parvenir à une décision finale ne semblent pas aller très vite.


Toutefois, les emplois traversent la Manche dans les deux sens. C'est-à-dire que, même si les flux ne sont pas égaux, le Brexit va aussi créer des emplois dans la City. Car des compagnies européennes veulent garder une présence au Royaume-Uni pour ne pas perdre l’accès à ce marché non plus. Selon New Financial, 300 à 500 compagnies de taille moyenne pourraient ouvrir un bureau et donc créer ou relocaliser des emplois au Royaume-Uni.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/