3 min de lecture Union européenne

Brexit : Boris Johnson dévoile son "offre finale" à Bruxelles ce mercredi

Le Premier ministre britannique fera mercredi une "offre finale" à l'Union européenne en vue d'un accord de Brexit "juste et raisonnable".

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Brexit : Boris Johnson va faire une "offre finale" à Bruxelles ce mercredi Crédit Image : Stefan Rousseau / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Billon et Thomas Pierre

Une dernière offre sur la table. Le Premier ministre britannique fera une proposition finale sur le Brexit, avant qu'il n'entre en vigueur à la fin du mois d'octobre. Boris Johnson, très affaibli politiquement, s'exprimera ce mercredi 2 octobre à la fin du Congrès de son parti, les Conservateurs, réunis à Manchester.
 
Sur place, l'humeur n'est pas au beau fixe, et certains Tories semblent déboussolés par les récentes actualités. "Le parti est en miette, car le pays est en miette. Et je ne sais pas ce qu'on va pouvoir faire faire pour rectifier ça", a déclaré l'un d'entre eux au micro de RTL. D'autres, continuent de faire confiance à Boris Johnson pour sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve. "Il a quelques défauts, mais il est déterminé sur le Brexit. Si on avait eu ça il y a trois ans, on n'en serait pas là", avance un conservateur.
 
Selon The Telegraph, la nouvelle proposition britannique prévoit que l'Irlande du Nord reste dans le marché unique européen jusqu'en 2025, tout en formant une union douanière avec le Royaume-Uni. Il y aurait donc en quelque sorte deux frontières : des contrôles douaniers entre les deux Irlande et des contrôles réglementaires en mer d'Irlande, qui sépare la Grande-Bretagne de sa province nord-irlandaise. 

Un accord inacceptable ?

"Ce ne sera certainement pas acceptable pour le gouvernement irlandais, mais aussi pour l'UE dans son ensemble", a jugé la ministre irlandaise des Affaires européennes Helen McEntee, sur la chaîne irlandaise RTE. Sous sa forme actuelle, le "backstop" prévoit de maintenir le Royaume-Uni tout entier dans une union douanière avec l'UE, ainsi qu'un alignement réglementaire sur l'UE plus poussé pour l'Irlande du Nord. 

La perspective du rétablissement d'une frontière entre les deux Irlande en cas de "no deal" inquiète particulièrement Dublin, qui y voit une menace pour la paix en Irlande du Nord, difficilement établie en 1998 après trois décennies de violences entre des républicains nationalistes (catholiques), partisans de la réunification de l'île, et loyalistes unionistes (protestants), défenseurs du maintien dans la Couronne britannique. 

"C'est une partie très triste de notre histoire", a souligné le sénateur irlandais Neale Richmond, du parti du Premier ministre. "Si nous revenons à l'ère des contrôles douaniers, des divisions, à notre frontière (...) beaucoup de choses inquiétantes pourraient malheureusement arriver", a-t-il prévenu sur la BBC4, jugeant les propositions relayées dans la presse "extrêmement décevantes". 

La proposition de la dernière chance

À lire aussi
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon célébrant la défaite de la cheffe des Libéraux-démocrates Jo Swinson jeudi 12 décembre 2019 Royaume-Uni
L'Écosse en route vers un nouveau référendum d'indépendance ?

Boris Johnson a prévenu qu'en cas d'échec des négociations avec l'UE, il ne demanderait "en aucune circonstance" de report du Brexit à Bruxelles. Une loi lui impose pourtant de demander un nouveau report s'il n'obtenait pas d'accord avec l'UE d'ici le 19 octobre, juste après le prochain sommet européen.  

Jusqu'ici, la stratégie de Boris Johnson a systématiquement été mise en échec par le Parlement, où il ne dispose plus de majorité. Les tensions avec les députés ont atteint un nouveau paroxysme la semaine dernière après l'annulation par la Cour suprême de sa décision de suspendre le Parlement durant cinq semaines. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Brexit Boris Johnson
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants