3 min de lecture Attentats en Catalogne

Attentats en Espagne : quelles sont les 3 zones d'ombre de l'enquête ?

Après les attentats de Barcelone et Cambrils les 17 et 18 août derniers, une cellule terroriste de 12 personnes a été démantelée par la police catalane.

Les forces de l'ordre après l'attaque du fourgon sur la Rambla à Barcelone le 17 août
Les forces de l'ordre après l'attaque du fourgon sur la Rambla à Barcelone le 17 août Crédit : PAU BARRENA / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Cinq suspects identifiés, quatre arrêtés, et une cellule terroriste de 12 personnes démantelée. L'enquête progresse après le double-attentat perpétré en Catalogne les 17 et 18 août derniers et revendiqué par l'État islamique. Alors que les cinq terroristes de la station balnéaire de Cambrils ont été immédiatement abattus par les autorités, le conducteur de la camionnette dont la course folle a fait 13 morts à Barcelone a réussi à prendre la fuite. Après avoir été formellement identifié lundi 21 août, ce dernier a été abattu lors d'une importante opération de police à Subirats, à une cinquantaine kilomètres de Barcelone.

Quatre suspects ont été interpellés jusqu'à présent : trois à Ripoll, un à Alcanar. Cinq autres suspects ont été abattus par la police catalane à Cambrils. Parmi eux Moussa O. dont le frère Driss O. s'est rendu à la police affirmant qu'on lui avait volé ses papiers d'identité retrouvés dans la camionnette de Barcelone. Il est soupçonné d'avoir loué le véhicule.


La cellule démantelée opérait selon la police dans la commune d'Alcanar où une explosion a eu lieu la veille du premier attentat. C'est également là-bas qu'un premier suspect a été arrêté dès jeudi soir, trois autres ont été interpellés plus tard à Ripoll, dans le nord de la Catalogne, autre lieu clé de l'enquête. Tous préparaient selon les autorités, "une attaque de plus grande envergure".

1. Dans quelles circonstances la 15ème victime est-elle décédée ?

Le bilan du double-attentat s'élève aujourd'hui à 15 morts et plus d'une centaine de blessés. La dernière victime décédée a été identifiée lundi 21 août au matin par les autorités catalanes. Il s'agit de Pau Pérez, 34 ans. Son corps a été retrouvé sans vie dans sa voiture, une Ford Focus ayant évité un barrage routier quelques heures seulement après l'attentat de Barcelone.

À lire aussi
Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne Attentats en Catalogne
Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes

Les policiers ont fait feu sur le véhicule qui a pris la fuite après avoir renversé un agent. La voiture et le corps de Pau Pérez ont ensuite été retrouvés dans la commune de San-Just-Devern à trois kilomètres de la capitale catalane. Les circonstances du drame ne sont pas encore élucidées mais la police n'a plus aucun doute sur le fait que la mort de Pau Pérez est liée au double-attentat de jeudi.

2. Qui sont les trois morts d'Alcanar ?

Alcanar semble se trouver au coeur de l'enquête. C'est dans cette petite ville de Catalogne qu'a retenti une explosion mercredi 16 août, veille de l'attentat de Barcelone. Trois personnes sont décédées dans cette explosion, deux ont été identifiées comme terroristes selon ABC Cataluña. Parmi elles, pourraient se trouver l'imam Abdelbaki E.S. soupçonné d'être à l'origine de la radicalisation des membres de la cellule démantelée.

Jeudi soir, quelques heures après l'attentat de Barcelone, un suspect gravement blessé a également été interpellé à Alcanar.

3. Quel a été le rôle de l'imam de Ripoll ?

Il a disparu depuis mardi 15 août. L'imam Abdelbaki E.S. officiait dans la petite commune de Ripoll depuis plusieurs années. Il est soupçonné d'être à l'origine de la radicalisation des douze personnes de la cellule démantelée par les autorités catalanes. Il aurait confié à son colocataire se rendre au Maroc pour rendre visite à sa femme et sa fille avant de disparaître.

Selon El Pais, l'imam aurait passé quatre ans en prison pour trafic de drogue avant d'être libéré en 2012. C'est là qu'il aurait été en contact avec les hommes liés aux attentats de 2004 à Madrid, lors desquels 191 personnes avaient trouvé la mort.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en Catalogne Politique Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants