1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes
2 min de lecture

Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes

Ce vendredi 17 août, un an après les attentats de Barcelone et Cambrils, la capitale catalane rend hommage à ses seize victimes. Leurs proches ont déposé des fleurs lors d'une cérémonie.

Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne
Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne
Crédit : LLUIS GENE / AFP
Clémence Bauduin & AFP

L'heure est à la commémoration et au recueillement à Barcelone. Un an après les attentats qui ont fait 16 morts en Catalogne, la capitale catalane rend hommage à ses victimes. Le double attentat de Barcelone et Cambrils avait provoqué un immense émoi au sein de la population espagnole. 

Des proches des victimes ont déposé des fleurs ce vendredi 17 août, lors d'une cérémonie commencée à 10h30 en présence des principales autorités politiques du pays, dont le souverain et le chef du gouvernement, Pedro Sanchez. Elle se tenait au centre des Ramblas, où s'est achevé un an plus tôt le parcours meurtrier du terroriste Younes Abouyaaqoub.

Il était 16h30, le 17 août 2017, lorsque le Marocain de 22 ans fonçait en camionnette sur l'artère, tuant 14 personnes dont un Australien de 7 ans et un Espagnol de 3 ans. Il faisait également plus de 100 blessés, avant d'abandonner la camionnette et de tuer le conducteur d'une voiture qu'il s'apprêtait à voler. Younes Abouyaaqoub était finalement abattu par la police après quatre jours de cavale, non loin de Barcelone.

Quelques heures après l'attaque sur les Ramblas, cinq de ses complices fauchaient des passants dans la station balnéaire de Cambrils, au sud de Barcelone, avant de les attaquer au couteau. Une femme avait été poignardée à mort. Ce double attentat a été revendiqué par Daesh, mais les enquêteurs cherchent encore des liens entre la cellule terroriste découverte à Ripoll, au pied des Pyrénées catalanes, et des responsables à l'étranger.

Une unité difficile à obtenir

À lire aussi

L'émotion suscitée par les attaques de Barcelone et Cambrils avait été éclipsée au mois d'octobre 2017 par la question d'indépendance de la Catalogne. Un an plus tard encore, difficile de mettre de côté ce conflit politique de grande ampleur. Une banderole contre le roi d'Espagne Felipe VI a été déployée sur un immeuble de la place de Catalogne ce vendredi 17 août, alors que les proches des victimes avaient appelé à une "trêve" pour la cérémonie.

"Le roi d'Espagne n'est pas le bienvenu dans les pays catalans", indique la banderole, à côté d'un portrait du roi la tête en bas. Felipe VI, qui avait tenu un discours très ferme à l'encontre des indépendantistes lors de la crise en Catalogne de l'automne dernier, avait déjà été hué lors d'une manifestation contre le terrorisme ayant suivi les attentats. Afin de ne pas se retrouver aux côtés du souverain, des associations indépendantistes ont organisé des hommages parallèles aux victimes des attentats vendredi.

Sur son compte Twitter, Pedro Sanchez a insisté sur la nécessité "d'unité de toute la société espagnole". "Ce 17 août et pour toujours, nous serons à Barcelone avec les victimes, solidaires avec leur douleur, unis dans le souvenir", a-t-il ajouté. Nous sommes et nous serons une ville de paix, une ville courageuse qui oppose l'amour à la terreur", a pour sa part déclaré, à la veille de l'hommage, la maire de Barcelone, Ada Colau, les yeux remplis de larmes au moment d'égrener le nom des victimes.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/