1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentat à Vienne : l'assaillant abattu aurait-il finalement agi seul ?
2 min de lecture

Attentat à Vienne : l'assaillant abattu aurait-il finalement agi seul ?

"Il n'y a pas de preuve à ce stade de l'existence d'un deuxième assaillant", a déclaré le ministre autrichien de l'Intérieur Karl Nehammer, au lendemain de l'attaque meurtrière.

La police autrichienne, après les fusillades à Vienne, le 2 novembre 2020
La police autrichienne, après les fusillades à Vienne, le 2 novembre 2020
Crédit : Joe Klamar / AFP
Marie Gingault & AFP

Lundi 2 novembre s'est produit le premier attentat islamiste en Autriche. Vienne, a été victime d'une attaque terroriste qui a fait quatre morts. Si le gouvernement autrichien pensait initialement qu'il y avait deux assaillants voire plus, le ministre autrichien de l'Intérieur est revenu sur ses propos ce mardi.

"Il n'y a pas de preuve à ce stade de l'existence d'un deuxième assaillant", a déclaré Karl Nehammer au lendemain de l'attaque meurtrière. "Le visionnage des vidéos des lieux du crime n'a pas permis de confirmer qu'un second suspect a participé à l'attaque", a précisé le ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse. 

Des propos contradictoires avec ceux du soir de l'attentat, où Karl Nehammer avait assuré qu'au moins un autre suspect était en fuite. Il se pourrait donc que Kujtim Fejzulai, l'assaillant tué par la police, ait agi seul. 

Déjà condamné pour avoir tenté de rejoindre la Syrie

Ce "sympathisant" de l'État islamique (EI), âgé de 20 ans, a réussi à "tromper" le programme de déradicalisation et ceux qui étaient chargés de son suivi, a déploré le ministre autrichien de l'Intérieur. Originaire de Macédoine du Nord, il détenait également la nationalité autrichienne.

À lire aussi

En avril 2019, Kujtim Fejzulai avait été condamné à 22 mois de prison pour avoir tenté de rejoindre la Syrie afin de s'enrôler au sein de l'État islamique. Toutefois, le jeune homme avait été libéré de manière anticipée, ce qu'a vivement critiqué Karl Nehammer devant la presse. 

Le ministre autrichien de l'Intérieur a par ailleurs annoncé l'interpellation de 14 personnes et 18 perquisitions dans le pays en lien avec les attaques.

L'Etat Islamique a revendiqué l'attaque

Dans un communiqué diffusé sur ses chaînes Telegram, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué ce mardi l'attentat perpétré hier, lundi 2 novembre, à Vienne. Ce communiqué attribue à un "soldat du califat" les fusillades meurtrières survenues près d'une synagogue et de l'opéra de la capitale autrichienne.

Dans un texte séparé, l'agence de propagande du groupe jihadiste Amaq évoque "une attaque aux armes à feu menée hier (lundi) par un combattant de l'Etat islamique dans la ville de Vienne". Une photo de l'assaillant armé accompagne la légende. 

Une courte vidéo à également été publiée. Dans celle-ci, on voit l'assaillant armé, seul face caméra, qui se filme en train de prêter allégeance au chef officiel ("calife") de l'Etat Islamique Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/