1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentat à Vienne : l'État islamique revendique l'attaque
2 min de lecture

Attentat à Vienne : l'État islamique revendique l'attaque

L'agence de propagande de l'organisation terroriste Etat islamique a revendiqué les différentes fusillades dans le centre-ville de la capitale autrichienne.

Sute à des tirs survenus près d'une synagogue de Vienne en Autriche, la police demande à la population de s'écarter des lieux publics et des transports en commun.
Sute à des tirs survenus près d'une synagogue de Vienne en Autriche, la police demande à la population de s'écarter des lieux publics et des transports en commun.
Crédit : JOE KLAMAR / AFP
Aymeric Parthonnaud & AFP

Le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué mardi 3 novembre 2020 les fusillades perpétrées la veille à Vienne en Autriche ayant fait quatre morts, dans un communiqué publié sur ses chaînes Telegram.

Le communiqué de l'Etat islamique impute à un "soldat du califat" les fusillades meurtrières près d'une synagogue et de l'opéra. Dans un texte séparé, accompagné d'une photo de l'assaillant armé d'une longue lame, d'une arme de poing et d'une kalachnikov, l'agence de propagande Amaq évoque "une attaque aux armes à feu menée hier par un combattant de l'Etat islamique dans la ville de Vienne". Dans une vidéo, on peut voir l'homme prêter allégeance en arabe au calife Abou Ibrahim al-Qouraiychi, le jihadiste qui a succédé à Abou Bakr al-Baghdadi à la tête de l'organisation.

À l'origine de l'attaque qui s'est déroulée en plein cœur de la capitale autrichienne près d'une importante synagogue et de l'Opéra, un "sympathisant" de 20 ans du groupe jihadiste Etat islamique qui avait tenté de rejoindre la Syrie. Originaire de Macédoine du Nord, Kujtim Fejzulai, tué lundi soir par la police, avait été condamné en 2019 à de la prison en Autriche mais il avait été libéré de manière anticipée, selon les autorités autrichiennes. Le ministre autrichien de l'Intérieur Karl Nehammer a esquissé devant la presse le portrait de Kujtim Fejzulai, déplorant qu'il ait réussi à "tromper" le programme de "déradicalisation" et ceux qui étaient chargés de son suivi. "Il n'y avait pas de signes" laissant présager un tel passage à l'acte, a insisté le ministre.

Des arrestations en Suisse

Ce soir, deux jeunes hommes suisses de 18 et 24 ans ont aussi été arrêtés à Winterthour, près de Zurich, dans le Nord de la Suisse, en lien avec l'attaque jihadiste commise à Vienne la veille, a annoncé la police. "Les enquêtes de police ont permis d'identifier des ressortissants suisses âgés de 18 et 24 ans. Les deux hommes ont été arrêtés par une unité spéciale à Winterthur mardi après-midi en coordination avec les autorités autrichiennes", a indiqué la police cantonale de Zurich dans un communiqué. L'éventuel lien "entre les deux personnes arrêtées et le responsable présumé des attentats fait actuellement l'objet d'enquêtes et de recherches en cours par les autorités compétentes", a-t-elle ajouté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/