3 min de lecture Manifestations

Anti-racisme : la vague de manifestations gagne l'Europe

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies dans diverses villes européennes pour manifester contre le racisme et les violences policières.

Des heurts ont éclaté en fin de manifestation avec la police à Bruxelles, dimanche 7 juin.
Des heurts ont éclaté en fin de manifestation avec la police à Bruxelles, dimanche 7 juin. Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Chloé
Chloé Richard-Le Bris et AFP

De Bristol à Budapest en passant par Madrid et Rome, des dizaines de milliers d'Européens ont rejoint dimanche 7 juin les manifestations contre le racisme, prolongeant la vague de protestation déclenchée aux États-Unis par la mort d'un homme noir asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

Quelque 3.000 personnes se sont rassemblées à la mi-journée devant l'ambassade des États-Unis à Madrid. Noirs et Blancs, ils ont dénoncé la mort de George Floyd, un Africo-américain de 46 ans, répétant ses dernier mots "Je ne peux pas respirer", et chantant "Pas de paix sans justice".

À Rome, une manifestation imprévue a réuni sur la vaste Piazza del Popolo des milliers de jeunes qui se sont agenouillés en silence, le poing levé, pendant neuf minutes, le temps pendant lequel un policier a appuyé son genou sur le cou de George Floyd jusqu'à sa mort. En se relevant, ils ont crié : "Je ne peux pas respirer !"

À Bristol, une statue de négrier piétinée

Bravant l'interdiction des autorités, des milliers de Britanniques ont manifesté à Londres, pour la deuxième journée consécutive, mais aussi dans d'autres villes du Royaume-Uni, notamment à Bristol. Dans cette ville du Sud-Ouest de l'Angleterre au passé esclavagiste, une statue du négrier Edward Colston a été déboulonnée puis piétinée par les manifestants une fois tombée au sol, selon des images de la BBC.

À lire aussi
Benjamin Griveaux à l'Assemblée nationale, le 16 juin 2020. Benjamin Griveaux
Paris : ouverture du procès de cinq "gilets jaunes" pour une intrusion au ministère de Griveaux


À Bruxelles, près de 10.000 manifestants d'après la police, ont exprimé leur colère devant le palais de justice. "Le meurtre de George Floyd a visiblement réveillé beaucoup de gens", a souligné Ange Kaze, porte-parole du Belgian Network for Black Lives. La police est intervenue après la manifestation pour disperser des casseurs.

Des policiers tirent des gaz lacrymogènes à Bruxelles, dimanche 7 juin.
Des policiers tirent des gaz lacrymogènes à Bruxelles, dimanche 7 juin. Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Ils étaient des milliers aussi à marcher contre le racisme aux Pays-Bas, dans le Nord à Zwolle et à Maastricht au Sud. En Allemagne, les joueurs de quatre clubs de Bundesliga ont posé un genou au sol dimanche en soutien à la lutte antiraciste au lendemain du Bayern et de Dortmund. Vêtus de noir, des milliers de Suisses ont défilé à Lausanne, où des pancartes proclamaient "Ma couleur n'est pas une menace". 

15.000 personnes à Copenhague

À Copenhague, quelque 15.000 personnes, selon la police, ont manifesté pacifiquement afin d'inciter le gouvernement danois à dénoncer les violences contre la communauté noire aux États-Unis. Scandant le nom de George Floyd - et pour certains brandissant des affiches "Black lives matter" - le cortège est parti de l'ambassade des États-Unis en début d'après-midi pour se rendre au palais royal de Christiansborg.


En Suède voisine, à Göteborg, près de 2.000 personnes se sont rassemblées mais la manifestation - autorisée - a été rapidement dissoute en raison de la limitation des rassemblements fixée à 50 personnes dans le pays pour des raisons sanitaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations International Europe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants