4 min de lecture Russie

Affaire Navalny : quatre questions pour tout comprendre

ÉCLAIRAGE - Alexeï Navalny vient de sortir du coma, et risque de cristalliser les tensions entre Européens et Russes, à un moment où le Kremlin se sent bousculé par l'opinion publique et où l'occident l'accuse de tuer ses opposants politiques.

Le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, le 24 février 2014 à Moscou.
Le principal opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, le 24 février 2014 à Moscou. Crédit : AFP / VASILY MAXIMOV
benoit
Benoît Collet et AFP

La police russe a annoncé le 11 septembre vouloir interroger en Allemagne l'opposant russe Alexeï Navalny, victime d'un empoisonnement selon Berlin, des accusations jugées anti-russes et infondées jusqu'ici par Moscou.

Le département des transports du ministère russe de l'Intérieur va demander que "des enquêteurs russes puissent assister aux activités des enquêteurs allemands" avec l'opposant russe et lui "poser des questions supplémentaires", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Près de trois semaines après avoir été victime d'un empoisonnement dont Berlin déclare avoir la preuve, l'opposant russe Alexeï Navalny a pu être sorti du coma artificiel. Le 20 août, il s'était senti mal alors qu'il était en avion, et avait du être hospitalisé d'urgence à Omsk en Sibérie, avant d'être évacué vers Berlin.

1. Qui est Alexeï Navalny?

Avocat de formation, Alexeï Navalny se fait connaître du grand public lors des manifestations de 2011-2012 contre les fraudes aux élections législatives, durant lesquelles il harangue les foules en accusant Russie Unie, la formation de Vladimir Poutine, d'être le "parti des voleurs et des escrocs". En 2013, il se présente à la mairie de Moscou et récolte 27% des voix.

À lire aussi
Illustration vote anticipé à Miami, en Floride, le 21 octobre 2020 Présidentielle américaine
Présidentielle américaine (J-12) : le spectre d'une ingérence russe et iranienne

Avec son Fonds contre la corruption, Alexeï Navalny dénonce à coups de vidéos vues plusieurs millions de fois la corruption des élites russes, les deals passés entre fonctionnaires et oligarques.

Son engagement contre Poutine lui a déjà valu plusieurs tracas judiciaires. En 2012, il est accusé d'avoir détourné les fonds d'une société forestière et écope de 5 ans de prison, réduite à du sursis en appel. En 2014, il est à nouveau condamné à trois ans de prison avec sursis pour avoir détourné selon l’accusation, près de 26 millions de roubles (400.00 euros) appartenant à Yves Rocher.

Ces jugements permettent au Kremlin d'interdire à Navalny de se présenter à la présidentielle en 2018, alors que de nombreux acteurs internationaux, dont l'Union européenne, considèrent ces procès comme "inéquitables et politiques".

2. À quel point est-il gênant pour le Kremlin?

Si Navalny ne peut plus se présenter aux élections en Russie, il continue malgré tout d'inquiéter Vladimir Poutine, à un moment où la popularité du président atteint des niveaux - toute proportions gardées- historiquement bas, à 59% d'opinion favorable selon la presse russe. En juillet dernier, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue, en extrême-orient russe (à Khabarovsk), pour protester contre le gouvernement.

"Les partisans de Poutine avaient bien sûr intérêt à la disparition de leur principal adversaire. Navalny met leur patience à l’épreuve depuis très longtemps. Et les élections locales du 13 septembre approchent. Le voyage d’Alexeï Navalny en Sibérie s’inscrivait dans le cadre des élections. Dans le contexte des troubles publics dans la ville sibérienne de Khabarovsk et des derniers événements en Biélorussie, le chef courageux et actif de l’opposition était très dangereux aux yeux des partisans du régime", a expliqué Boris Akounine, célèbre écrivain russe, à nos confrères du Figaro.

3. Y-a-t-il eu des précédents d'opposants empoisonnés?

Avant l'affaire Navalny, les occidentaux soupçonnent d'autres empoisonnements au Novitchok, un agent innervant développé par l'armée soviétique dans les années 1970.

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal, ex-agent double russe, et sa fille Ioulia sont retrouvés inconscients dans un centre commercial de Salisbury (sud de l'Angleterre) et hospitalisés dans un état grave.

Londres a alors accusé Moscou d'être derrière cet empoisonnement, en représailles pour sa collaboration avec le renseignement britannique. Le Kremlin nie. L'affaire provoque une crise diplomatique. Sergueï Skripal et sa fille sortent de l'hôpital dans les mois suivants.

Le 14 septembre 2018, Piotr Verzilov, un militant du groupe contestataire Pussy Riot, est hospitalisé à Moscou le 14 septembre 2018 dans un service de réanimation toxicologique dans un état grave. Il est rapidement transféré dans un hôpital berlinois, en pleine affaire Skripal. Les expertises médicales allemandes suggèrent "très vraisemblablement un cas d'empoisonnement".

En 2004, Viktor Iouchtchenko, le candidat de l'opposition ukrainienne, héros de la Révolution orange, tombe gravement malade en pleine campagne pour la présidentielle qui l'oppose au favori de Moscou, Viktor Ianoukovitch. Des médecins autrichiens identifient trois mois plus tard un empoisonnement à la dioxine. Son visage grêlé et déformé porte toujours les traces de la maladie.

4. Quelles vont être les conséquences diplomatiques?

Sanctions économiques et contre des personnes, gel du gazoduc Nord Stream 2 ? L'Union européenne n'exclut pas des représailles, mais les 27 risquent de mettre du temps pour s'accorder en raison de leurs intérêts divergents.

Au nom des États membres de l'Union, le représentant de l'UE pour la diplomatie Josep Borrell a exhorté Moscou à "mener une enquête approfondie en toute transparence", assurant que Bruxelles "se réservait le droit de prendre des mesures appropriées, y compris des mesures restrictives".

De son côté, Donald Trump s'est montré plus conciliant envers le pouvoir russe, même si Mike Pompeo, son Secrétaire d'État, a affirmé que Washington essaierait d’identifier les coupables de l'empoisonnement de Navalny : "Nous nous assurerons que nous ferons ce que nous avons à faire pour réduire les probabilités que quelque chose comme ça arrive de nouveau", a-t-il expliqué.
De son côté, l'Otan a appelé "la Russie à communiquer totalement sur son programme Novitchok auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC)".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Vladimir Poutine Empoisonnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants