5 min de lecture International

Élections US, Brexit, G7 : les événements mondiaux qui vont marquer 2020

ÉCLAIRAGE - Élections présidentielles américaines, Brexit, G7, exposition universelle de Dubaï et COP 26 seront les grands rendez-vous de l'année 2020.

Donald Trump en campagne pour sa réélection en juin 2019
Donald Trump en campagne pour sa réélection en juin 2019 Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

2020 démarrera sur les chapeaux de roues dans le monde. L'actualité internationale promettra d'être riche que ce soit sur le plan politique, climatique ou encore symbolique. Ainsi, les élections américaines et l'"impeachement" de Donald Trump marqueront l'année du début à la fin. D'élection, il sera également question en Israël, pour la troisième fois en moins d'un an. 

Mais le feuilleton de Brexit rythmera également l'entame de cette nouvelle décennie, de son application vraisemblable au 31 janvier jusqu'aux intenses négociations avec Bruxelles qui devront bel et bien conduire le Royaume-Uni à la porte de l'Union européenne au 1er janvier 2021. 

L'année 2020 rimera également avec "soft power" et commémoration que ce soit lors de l'exposition universelle de Dubaï à l'automne, première historique dans la région, ou à l'occasion du funeste anniversaire, début août, des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. 

Enfin, la COP26 prévue en novembre à Glasgow, en Écosse, devra se montrer à la hauteur des enjeux climatiques qui ne manqueront pas de se rappeler à nous tout au long de cette année 2020. 

"Impeachement" de Trump

À lire aussi
Exemple d'un contrôle routier à la frontière franco-allemande. international
Confinement : bazar à la frontière franco-belge

Dès le 6 janvier, devrait s'ouvrir le procès de Donald Trump au Sénat. Devant une chambre acquise aux républicains, le président américain répondra des chefs d'accusation d'"abus de pouvoir" et d'"entrave à la bonne marche du Congrès", que le milliardaire n'a eu de cesse de réfuter, parlant lui de "chasse aux sorcières". 

Il faudra aux démocrates une majorité des deux tiers pour condamner Donald Trump, ce qui paraît très compliqué tant les républicains restent soudés derrière le président. L'ombre de cette destitution fera en tout cas le jeu de la campagne de réélection du président américain

>
Hors-série 2. Depuis le Capitole, retour sur le procès de Trump qui s'ouvre au Sénat Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :

Brexit

Fort d'une large majorité, le dirigeant conservateur Boris Johnson est finalement parvenu à faire voter à la Chambre des communes la loi d'application de l'accord négocié avec Bruxelles encadrant la sortie du Royaume-Uni de l'UE le 31 janvier, le fameux Brexit. 

Ce compromis de divorce prévoit une période de transition jusqu'à fin 2020, prolongeable jusqu'à deux ans, afin d'éviter une rupture brutale, si les deux parties n'arrivent pas à conclure, dans ce laps de temps, un accord sur leur future relation commerciale. Boris Johnson a exclu toute prolongation, faisant resurgir le spectre d'un brexit dur.

Élections en Israël

Israël tiendra le 2 mars ses troisièmes élections en moins d'un an dans l'espoir de mettre fin à la pire crise politique de son histoire, les leaders n'arrivant pas à s'entendre sur la formation d'un gouvernement de coalition. Plutôt que de s'entendre sur la formation d'un gouvernement d'union et ainsi éviter un nouveau scrutin, la classe politique israélienne a remis une pièce dans le juke-box électoral dans l'espoir de remporter enfin la mise.


Benjamin Netanyahu, se lance vers ce prochain scrutin avec un caillou dans sa chaussure. Il a été inculpé fin 2019 pour corruption, abus de confiance et malversations dans trois affaires différentes, devenant ainsi le premier chef de gouvernement en fonction de l'histoire d'Israël à être mis en examen.

G7 à Camp David

Donald Trump aura l'occasion de secouer encore une fois l'élite mondiale en accueillant le prochain sommet des grandes puissances du G7. Ou du G8? Le magnat de l'immobilier n'a pas fait mystère de son envie d'inviter le président russe Vladimir Poutine, au risque de susciter un nouveau tollé.


Donald Trump a finalement fait savoir qu'il organiserait le sommet des grandes puissances dans la résidence gouvernementale de Camp David, dans le Maryland, plutôt que dans son golf en Floride comme envisagé un temps.

Désignation du candidat démocrate

Qui pour affronter Donald Trump à la présidentielle de novembre ? Entre le 13 et 16 juillet, la Convention nationale démocrate désignera, depuis Milwaukee dans le Wisconsin, le ou la candidat(e) du parti dont le défi sera de battre le président sortant. 

Malgré les gaffes, les doutes sur son âge (78 ans au moment de l'élection), les quolibets de Donald Trump et les répercussions de l'affaire ukrainienne, l'ancien vice-président américain Joe Biden reste favori dans la primaire, démontrant une indéniable capacité de résistance. 


Avec 28% des voix, selon le site RealClearPolitics, il est loin devant le sénateur indépendant Bernie Sanders (20%), la progressiste Elizabeth Warren (15%) et le jeune maire modéré Pete Buttigieg (8.5%). Le candidat du parti devrait, selon toute vraisemblance figurer parmi ces prétendants, à moins que le milliardaire Michael Bloomberg (5%), qui s'est lancé tardivement dans la course à l'investiture, ne l'emporte sur la ligne.

75 ans de la bombe à Hiroshima et Nagasaki

Le Japon est le seul pays à avoir subi une attaque nucléaire à Hiroshima et trois jours plus tard à Nagasaki. Des bombardements qui ont précipité la capitulation du Japon le 15 août 1945 et la fin de la Seconde guerre mondiale. 

Le mois d'août 2020 marquera ainsi le 75e anniversaire des bombardements atomiques américains de Hiroshima (le 6) et Nagasaki (le 9), qui ont fait respectivement 140.000 et 74.000 morts. es commémorations auront lieu pour l'occasion. Le dôme de Genbaku, ou Mémorial de la paix de Hiroshima, est la structure la plus célèbre à avoir survécu à la première bombe nucléaire utilisée dans un conflit. 

Exposition universelle à Dubaï

Dubaï, ses centres commerciaux, ses hôtels de luxe... La prochaine Exposition universelle se tiendra aux Emirats, à partir du 20 octobre 2020 (jusqu'au 10 avril 2021) pour la première fois en terre d'islam. 

La première ville des Émirats arabes uni a lancé en grande pompe cet automne le compte à rebours Dubaï2020 dont la fédération créée en 1971 espère de fortes retombées économiques, avec 25 millions de visiteurs attendus et au moins 192 pays présents.

Parmi eux, Israël. L'Etat hébreu, qui n'a aucune relation diplomatique avec les Emirats, voit dans cette exposition une façon de s'intégrer dans la dynamique régionale, d'autant plus que Tel-Aviv se rapproche actuellement de certaines monarchie du Golfe.

Élection présidentielle aux États-Unis

Mardi 3 novembre, les électeurs américains seront appelés aux urnes pour élire leur président pour les quatre prochaines années. Selon toute vraisemblance, Donald Trump devrait être le candidat du parti républicain. Face à lui, les sondages donnaient mi-décembre une légère avance à son adversaire démocrate qu'il ou elle soit Joe Biden (+7), Bernie Sanders (+4) ou Elizabeth Warren (+2). 

Nul doute que la course à la Maison Blanche n'est pas jouée pour autant. Bien que le président ait subi un procédure d'"impeachment" au Sénat, il devrait en sortir renforcé auprès de sa base électorale galvanisée par cette tentative de destitution. Fin décembre, Donald Trump s'en disait persuadé : avec sa mise en accusation, les démocrates venaient de commettre un véritable "suicide politique". 

Sommet sur l’accord de Paris à Glasgow

La COP26, organisée par les Britanniques à Glasgow, devra relever le défi climatique après l'échec de la COP25 de Madrid. Au rythme actuel des émissions de CO2, le mercure pourrait gagner jusqu'à 4 ou 5°C d'ici la fin du siècle. Et même si les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris respectent leurs engagements, le réchauffement pourrait dépasser les 3°C.

Alors pour tenter de réduire cet écart, tous les Etats doivent soumettre d'ici la COP26 à une version révisée de leurs plans de réductions d'émissions. Lors de la conférence de Madrid, quasiment aucun des grands pays émetteurs n'a fait d'annonce significative pour rehausser ses ambitions. 

Évidemment pas les Etats-Unis qui quitteront l'accord de Paris en novembre prochain, mais pas non plus la Chine ou l'Inde. Greta Thunberg a d'ores et déjà prévenu sur Twitter que cette année de préparation se ferait sous la pression de la rue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Monde Élection présidentielle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants