1. Accueil
  2. Actu
  3. Food
  4. Pourquoi au Moyen Âge le champagne avait une sale réputation
1 min de lecture

Pourquoi au Moyen Âge le champagne avait une sale réputation

PODCAST - Dans une minute, vous saurez pourquoi au Moyen Âge le champagne avait une sale réputation.

Une bouteille de champagne (image d'illustration)
Une bouteille de champagne (image d'illustration)
Crédit : Tristan Gassert / Unsplash
63. Pourquoi au Moyen Âge le champagne avait une sale réputation ?
02:21
Florian Gazan - édité par Capucine Trollion

Au Moyen Âge, on ne boit pas du champagne aux mariages, car c’est considéré comme de la piquette. Pire, comme un achat risqué. 

Il faut se remettre dans le contexte pour comprendre : au Moyen- Âge, le vin pétillant n’existe pas encore. En Champagne, les vendanges sont tardives et on ne fait pas fermenter le vin en cuve. Dès que le raisin est pressuré, on le met directement en bouteille. Les vignerons pensent bien faire et conserver ainsi tous les arômes. Sauf que résultat, une fois dans la bouteille en verre fermée, le champagne se met à fermenter et au bout d’un moment, la bouteille explose.

Imaginez, vous amenez tranquillement votre champagne à table et tout d’un coup, tout le vin se retrouve dans les assiettes pleines de bouts de verre. Sans compter le bruit qui a dû en faire sauter plus d’un au plafond. Alors comme tout ce qu’ils ne comprennent pas, nos ancêtres, très croyants, attribuent ce phénomène au diable. On surnomme d’ailleurs le champagne le "vin du diable". Un vin qui peut tuer et faire des veuves. Clicquot forcément. 

Et pourquoi peut-on dire merci aux Anglais ?

Ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle qu’à force de travail que les Champenois finissent par réussir à maîtriser l’effervescence de leur vin. Et ils peuvent dire merci aux Anglais ! Ils l'importent dans des tonneaux en bois, ce qui lui laisse le temps de fermenter un peu donc d’être plus facilement maîtrisable. D’autant qu’ils le mettent ensuite dans des bouteilles de verre plus épaisses fermées par des gros bouchons de liège. 

À lire aussi

Idée reprise et améliorée par celui considéré comme l’inventeur du champagne, et ironie du sort puisqu’on parle de vin du diable, c’est un moine bénédictin. Son nom : Dom Pérignon. Qui en dégustant son champagne disait : "Je bois des étoiles". Au diable l’ivresse ! Même si les bulles, et je ne parle pas de celles papales, c’est avec modération !

Abonnez-vous à ce podcast
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/