3 min de lecture Environnement

Le "Siclex" : un simulateur pour tester la résistance des plantes à la sécheresse

L'Institut national de recherche pour l'agriculture et l’environnement teste depuis un an le "Siclex", un simulateur de climat extrême pour analyser la réaction des plantes à la sécheresse.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Le "Siclex" : un simulateur pour tester la résistance des plantes à la sécheresse Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Florise Vaubien

Sciences et Avenir nous emmène à l’institut national de recherche pour l’agriculture et l’environnement à Lusignan en Nouvelle Aquitaine. Depuis un an, l'agence teste un équipement pour le moins original : un simulateur de climat extrême, que l'on appelle le "Siclex". 

En ces temps de réchauffement climatique, les chercheurs ne tentent pas de tester la réaction des plantes sous une tempête de neige mais leur résistance à la sécheresse. Les végétaux testés sont des prairies et des plantes fourragères qui servent à nourrir les animaux d'élevage.

Le "Siclex" est un drôle d'engin. Il ressemble à une sorte de parapluie géant : un grand abri de 400 mètres carrés, monté sur roulettes et contrôlé par informatique. Il est relié à des capteurs météo. Et dès que la pluie arrive, l'abri se déplace et recouvre les cultures pour les priver d'eau. Dès que la pluie cesse de tomber, le "Siclex" recule, laissant à nouveau les végétaux à découvert. 

Reproduire les conditions climatiques en 2100

Un chercheur de l'institut explique que "l'objectif" de l'expérience est de "soumettre les plantes à des déficits hydriques en conditions très contrôlées, tout en les laissant profiter du rayonnement solaire naturel". En clair, le but est de les faire pousser à l'air libre et de les assoiffer, afin de vérifier quelles plantes résisteront le mieux. La sélection est impitoyable ! Tout va se jouer sur la capacité de la plante à reprendre une croissance efficace dès qu'un peu d'eau va revenir, comme en automne.

À lire aussi
Le glyphosate est utilisé lors des épandages sur les cultures écologie
Glyphosate : trois ans après, la promesse de l'interdire n'est pas complètement tenue

Le "Siclex" tente de se rapprocher le plus possible des conditions climatiques que nous connaîtrons en 2100. Des systèmes de chauffage radiants vont être installés à un mètre au-dessus de la végétation, pour faire monter jusqu'à 6 degrés supplémentaires la température subie par les plantes. Il faut également augmenter la concentration de CO2 dans l'air. Aujourd'hui, on compte environ 415 particules par million. À la fin de ce siècle, ce sera 600, voire 700 particules par million, d'après les spécialistes. 

Les parcelles végétales du "Siclex" vont donc être entourées de tuyaux percés. Ces tuyaux vont asperger les plantes de CO2. Mais pourquoi le CO2 est-il si important ? Parce qu'il augmente le rendement des cultures. Avec le niveau qu'on va atteindre en 2.100, on peut imaginer 20 à 30% de rendement en plus, si la planète continue à se réchauffer. Et encore, avec le "Siclex", ce ne sont même pas les scénarios climatiques les plus pessimistes qui sont testés.

Des cultures menacées par la sécheresse

Si les scientifiques s'intéressent plus particulièrement aux prairies et aux plantes fourragères, ce n'est pas seulement pour nourrir les bêtes et les hommes : elles sont aussi très précieuses pour l'écosystème. De fait, elles hébergent une grande biodiversité et captent du CO2 qu'elles séquestrent dans les sols. Elles épurent l'eau qui s'infiltre dans les nappes phréatiques et diminuent donc la pollution. 

Ces cultures représentent 45% de la surface agricole utile en France. Toutefois, elles sont terriblement menacées. Cette année encore, l'été a été aride. On a même recensé le mois de juillet le plus sec depuis près de 60 ans. Cette sécheresse est particulièrement dangereuse pour nos forêtsLe Figaro rapporte ce vendredi 4 septembre qu'après un troisième été chaud et sans eau, des milliers d'hectares de bois dépérissent. Les feuilles rougies, les arbres desséchés : c'est l'automne bien avant l'heure.

Halte aux idées reçues : ce n'est pas dans le sud que le phénomène est le plus prononcé mais dans le nord et dans l’est. En Île-de-France, près de 10 % des surfaces forestières sont en crise, cela fait environ 2 millions et demi d’arbres morts ou à l’agonie. Dans les Hauts-de-France, un cinquième des forêts domaniales sont menacées à court terme. Les essences indigènes, comme le hêtre ou le chêne, sont devenues inadaptées aux nouvelles conditions météo. Si on laisse faire, des pans entiers de forêt deviendront inévitablement des paysages de Landes et de bruyère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Sécheresse Plantes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants