2 min de lecture Changement climatique

Après la Covid-19, la fonte des glaces va-t-elle libérer de nouveaux virus ?

Le chercheur Jean-Michel Claverie alerte sur le risque que la fonte et l'exploitation de la glace arctique libère des virus enfouis depuis plusieurs milliers d'années.

Le permafrost a fondu en Alaska (illustration)
Le permafrost a fondu en Alaska (illustration) Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Coline Daclin Journaliste

Après le coronavirus, va-t-on voir apparaître un nouveau virus mortel ? Face à la crise mondiale sans précédent, on est en droit de s'inquiéter. Pour Jean-Michel Claverie, professeur de médecine et directeur du laboratoire Information Génomique et Structurale du CNRS, une menace nous guette tout particulièrement, et elle vient du Pôle nord. La fonte du permafrost, ou pergélisol, une couche de glace profonde qui existe dans l'Arctique, pourrait faire ressortir des virus enfouis dans la glace depuis plusieurs milliers d'années.

La fonte du permafrost commencé il y a plusieurs années avec le réchauffement climatique. C'est un phénomène connu, que Jean-Michel Claverie estime à environ "50-60 centimètres chaque année". En 2016, la fonte de la glace a ainsi libéré de l'anthrax, une bactérie mortelle, qui a tué quelque 1.500 rennes en Sibérie

"Il existe dans le permafrost un certain nombre de bactéries et de virus largement infectieux qui datent très nombreux millénaires", explique Jean-Michel Claverie à RTL.fr. Lui travaille avec son épouse Chantal Abergel, virologiste et directrice adjointe du laboratoire, sur des virus bien particuliers : ceux qui touchent les amibes, de petits êtres vivants unicellulaires. En pratique, ils n'ont pas le droit de travailler sur des virus qui pourraient contaminer les êtres humains, mais ils alertent sur le risque qu'ils représentent. 

"On sait par exemple que de l'ADN provenant du virus de la variole a été trouvé sur des cadavres dans le permafrost, mais aussi des traces de peste porcine", soutient Jean-Michel Claverie.

Un risque lié à l'installation d'industriels

Le risque, c'est donc que ces virus, mais aussi d'autres, qu'on ne connaît pas encore, soient libérés. Mais ce n'est pas tant la fonte naturelle de la glace qui pose problème, soutient le chercheur. "Avec la fonte de la glace, des industriels s'installent pour exploiter les ressources de l'Arctique. Ils creusent des énormes trous dans le permafrost", explique-t-il. 

À lire aussi
Barbara Pompili, le 16 septembre 2020 écologie
Pollution : qu'est-ce que le "délit d'écocide" que va créer le gouvernement ?

En plus du danger de libérer les virus, les entreprises, en particulier russes, amènent de nombreux ouvriers sur les sites, ce qui augmente fortement le risque d'une épidémie. "Il faudrait au moins des services médicaux compétents, qui puissent mettre en quarantaine les personnes si elles se mettent à présenter des symptômes d'un virus inconnu", alerte Jean-Michel Claverie.

"On a vu la crise que peut provoquer un petit virus comme le coronavirus, qui tue moins d'1% des contaminés. Vous imaginez ce que ce serait avec un virus comme la variole, qui a un taux de mortalité de plus de 30% ?", s'indigne le chercheur. "On peut dire que c'est une bombe à retardement, mais on n'est simplement pas sûrs qu'elle explose", résume-t-il.

Pour le directeur du laboratoire Information Génomique et Structurale, il est donc primordial de poursuivre la recherche contre les virus afin de pouvoir lutter contre le prochain qui pourrait se présenter. Mais il faudrait aussi plus simplement dissuader les États de s'installer sur la zone arctique pour des activités industrielles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Changement climatique Climat Industrie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants