1 min de lecture Coronavirus France

Transports : 5 ans après leur création, passe difficile pour les cars Macron

Les cars Macron traversent une période difficile après la crise du coronavirus où les lignes sont demeurées totalement fermées de la mi-mars à la mi-juin.

Micro générique Switch 245x300 L'Angle Éco
>
Transports : 5 ans après leur création, passe difficile pour les cars Macron Crédit Image : FREDERICK M. BROWN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier Journaliste RTL

L’année 2019 s’était achevée en apothéose pour les cars Macron qui font de la longue distance. Portés par la grève SNCF du mois de décembre, le cap des 10 millions de passagers transportés annuellement avait été franchi. Contrairement aux trains et aux avions qui ont continué de fonctionner pendant le confinement, le service des cars a été totalement arrêté de la mi-mars à la mi-juin. 

Un mois après son redémarrage, Blablabus n’a réussi à relancer qu’à peu près la moitié de son réseau. Début juillet, Flixbus n’avait remis en marche qu’un quart de ses lignes.

Alors que ces vacances d’été très favorables aux destinations hexagonales auraient dû booster le marché, les Français semblent très réticents à revenir dans les cars Macron à cause notamment de l’espace plus confiné et de la durée des voyages. La politique tarifaire de la SNCF qui a multiplié ses petits prix a également fait du mal aux cars longue distance qui ne peuvent pas rouvrir de lignes sans garantie de rentabilité.

La loi de la jungle qui règne dans le milieu des bus avec des rachats et des liquidations judiciaires mettent tous les acteurs dans le rouge. Il ne reste plus que deux acteurs sur le marché désormais et le secteur n’a jamais été aussi fragile.

À lire aussi
Un jeune homme se pliant au test Covid, à Rennes, le 7 septembre 2020. Coronavirus France
Coronavirus : PCR, antigéniques, salivaires... Ce qui va changer pour les tests

Il n’arrive en effet toujours pas à équilibrer ses comptes et cette libéralisation du marché commencée en 2015 pourrait se terminer par la constitution d’un monopole alors que le secteur ferroviaire va dans l’autre sens et commence à s’ouvrir à la concurrence. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Bus Transports
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants