2 min de lecture Social

Sécurité sociale : "Il faut remettre un peu d'ordre dans le projet de loi"

ÉDITO - Le Président Macron va recevoir les élus REM et du MoDem pour recadrer plusieurs paragraphes du projet de loi de finance sur la Sécu.

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau
>
Sécurité sociale : "Il faut remettre un peu d'ordre dans le projet de loi" Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Loïc Farge
Loïc Farge
Journaliste RTL

La grogne monte de partout face à ce qui s'apparente de plus en plus à une usine à gaz. Il y a déjà de gros problèmes à régler du côté de la fiscalité avec son inflation de taxes nouvelles, et en même temps, de niches fiscales (457 au dernier pointage, un nouveau record à battre !). Il ne faudrait pas de surcroît que des dispositions hasardeuses viennent polluer le budget de la Sécu qui est - ce n'est pas un point de détail - deux fois plus important que celui de l'État.

Et comme le menu des bugs qui inquiètent les élus ne cesse de s’étoffer, Emmanuel Macron résident monte en première ligne. Après l'alerte sur le financement toujours en suspens des aides à la garde d'enfant en crèche (il concerne les contribuables les plus maltraités, ceux de la classe moyenne) ou la dissolution du RSI (qui touche 7 millions d’assurés et génère tous les jours de nouvelles inquiétudes techniques, administratives ou financières), il faut remettre un peu d'ordre dans ce projet de loi.

Le diable est dans les détails. Le budget des dépenses sociales, c'est un gros fleuve irrigué par des milliers de rivières. Quand vous coupez  ou détournez le débit de l'un d'entre elles, vous affectez l'ensemble du réseau. La politique sur la CSG des retraités en maison d’accueil rappelle furieusement celle des APL. On ferme le robinet ici en espérant que le niveau va baisser là-bas.

Du bricolage

Ce genre de bricolage ne fonctionne que rarement. Qui peut croire que les maisons de retraites vont baisser leur facturation d'un montant équivalent à celui de leur taxe d'habitation ? Surtout quand cohabitent des pensionnés éligibles à la taxe d'habitation et beaucoup d'autres qui en sont exemptés. Du coup et en l'état, les trois-quarts des 600.000 personnes accueillies dans les EHPAD verront leur CSG grimper. En tout cas en l'état du projet.

À lire aussi
solidarité
Pas-de-Calais : un camping-car en soutien des plus démunis

On peut s'attendre à ce que l'exonération de CSG, que les députés se sont octroyée, attise  la grogne des Français. Le gouvernement s'est intelligemment dispensé d'un projet de loi rectificatif  protecteur. Il aurait gagné à en profiter pour mieux travailler ses premier budgets.

Les plus

Bataille franco-française en perspective autour de la deuxième banque allemande. Après BNP Paribas, c'est au tour du Crédit agricole de lorgner sur la Commerzbank.

La note du jour

13/20 à l'usine de pneumatique Bridgestone de Béthune. Moribonde en 2009, elle produit quotidiennement 18.000 pneus. Son problème : le manque de main d'œuvre qualifiée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Sécurité sociale Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants