1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Pensions alimentaires : va-t-on vers la fin des impayés ?

Pensions alimentaires : va-t-on vers la fin des impayés ?

À l'occasion de la nouvelle année, la réforme du versement des pensions alimentaires vient d'entrer en vigueur.

Pensions alimentaires : va-t-on vers la fin des impayés ?
Pensions alimentaires : va-t-on vers la fin des impayés ?
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Va-t-on enfin payer les pensions alimentaires ?
03:16
Pensions alimentaires : va-t-on vers la fin des impayés ?
03:16
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou
Journaliste

Pour son premier déplacement de l’année, Emmanuel Macron se rend à la Caisse d’allocations familiales de Tours. La réforme du versement des pensions alimentaires vient d’entrer en vigueur. 30 à 40% des pensions alimentaires sont soit, jamais versées, soit versées mais avec du retard. 

C’est d’autant plus grave, que les victimes sont souvent des femmes seules, parfois avec de faibles revenus, et qu’elles sont deux fois plus touchées par la pauvreté que le reste de la population. La pension moyenne est de 170 euros par mois, et par enfant. Une mère de 2 enfants qui doit attendre 6 mois sans pension est une situation encore fréquente, et cela représenté 2000 euros de pension impayée.
  
Maintenant, si l’un des parents le demande, les pensions peuvent être prélevées directement par l’administration, avant même le moindre impayé. Cela signifie qu'il n'y aura plus de contacts entre les parents pour cause de pension et plus de chantage concernant la garde des enfants par exemple. C’est en tous cas l’espoir des professionnels. 

Désormais, le seul intermédiaire sera la CAF. Et l’argent prélevé sera immédiatement reversé au bénéficiaire. C’est une réforme qui s’inspire de l’exemple québécois sur les divorces. Et au Québec aujourd’hui, le taux d’impayé de pensions n’est plus que de 3%.   

Si la pension n'est pas versée à l'administration, en quoi cette réforme sera plus efficace ?

La victime d’impayés n’aura plus besoin d’engager une procédure. Jusqu’à présent, il y avait certes, un organisme pour recouvrer la pension alimentaire. Mais pour qu’il entre en action, il fallait d’abord attendre au moins un mois de retard, monter un dossier. Et la procédure s’engageait. Le temps que les choses rentrent dans l’ordre, ça pouvait être long. A l’avenir, au moindre retard, l’administration entrera en action et se chargera de tout. Pendant ce temps, les bénéficiaires auront un minimum garanti, versé par la CAF de 116 euros par mois et par enfant.

Cette réforme est une avancée

À lire aussi

La réforme sur du versement des pensions alimentaires peut toujours être améliorée, car cela ne garantira pas systématiquement les impayés. Le complément de 116 euros ne couvrira pas tout le temps les frais. Mais au moins, les conséquences seront limitées. Et on espère vraiment que ce sera efficace cette fois-ci. Car la première loi sur le sujet date de 1973. Ça fait un demi-siècle, que les pouvoirs publics promettent la fin des impayés de pension, jusqu’ici sans grand succès.  

Nouveau protocole sanitaire pour le télétravail

D'ici la fin de semaine, les salariés qui étaient jusqu’ici 100% en télétravail, pourront revenir physiquement un jour par semaine, s’ils le souhaitent. C’est du volontariat, et il faut l’accord de l’employeur. 

15/20 aux salariés de Google

Le dialogue social est vigoureusement défendu en France par les syndicats et les représentants du patronat. Ce dialogue social peut même éclore outre-Atlantique, chez un géant du numérique américain. Le premier syndicat de la maison mère de Google comptabilise 227 membres où les salariés veulent défendre leurs salaires et l’éthique de l’entreprise. 

La rédaction vous recommande

   

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/