2 min de lecture Coronavirus

"Le coronavirus a changé le comportement de l'homo œconomicus en Chine", dit Lenglet

ÉDITO - Les mesures de confinement ont forcé les Chinois à adopter de nouveaux modes de consommation, et les entreprises à s'y adapter.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus en Chine : l'homo œconomicus forcé de s'adapter Crédit Image : STR / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Benoît Collet

L'épidémie de coronavirus a complètement changé le comportement de l'homo œconomicus en Chine, et notamment dans les provinces touchées par le confinement, comme dans le Hebei, dont la capitale est Wuhan, le point de départ de l'épidémie mondiale. JD.com, une entreprise chinoise, y expérimente la livraison de colis par drone, ce qui permet aux habitants de ne pas avoir à sortir de chez eux pour faire leurs provisions. 

JD a réussi à mettre en place une livraison automatisée dans un rayon de deux kilomètres. Faute de drone, les chinois ne peuvent en effet se rendre dans les magasins qu'un jour sur deux, pour remplir leur frigidaire.

Confinés chez eux, beaucoup pratiquent le télétravail. Pour ceux qui ne peuvent pas, ce sont les occupations de substitution qui l'emportent. Le jogging en appartement par exemple. Une vidéo postée sur Youtube présente l'exploit de monsieur Pan, qui a couru 66 kilomètres dans sa chambre et son couloir, en près de sept heures, avec une moyenne de 10 km/h.

Le e-commerce en plein boom

Sur Youtube, on peut aussi observer les exploits d'un pêcheur en ligne en aquarium, ou bien des joueurs de badminton de salon. Les jeux vidéo, qui associent exercice physique et jeux de rôle, comme Ring Fit Adventure ont vu leurs ventes exploser sur Alibaba, l'équivalent chinois d'Amazon

À lire aussi
Des avions de la compagnie South African airways à l'aéroport de Johannesburg, le 25 mai 2010 (archives) coronavirus
Coronavirus : une compagnie aérienne met aux enchères ses produits non-essentiels

Les ventes de livres sont également en très forte hausse, et, plus curieusement, celles des rouges à lèvres. Certaines marques de cosmétiques ont vu leur diffusion multipliée par sept par rapport à 2019. Les préservatifs se vendent aussi très bien. En résumé, les chinois s'équipent pour passer le temps, et du bon temps...

Il reste encore difficile de savoir combien l'épidémie va coûter à l'économie chinoise, qui semble redémarrer. Hermès a ainsi indiqué que 22 boutiques étaient désormais ouvertes, sur les 26 que l'entreprise de luxe possède en Chine. Valéo, un équipementier automobile français de premier plan, a quant à lui annoncé que la quasi-totalité de sa trentaine d'usines avait rouvertes. 

Deux points de croissance en moins

Autrement dit, comme l'épidémie décroît, à la lecture des chiffres de contamination des derniers jours, l'économie reprend. Le port de Yanshan, à Shanghai, l'un des premiers au monde, signale depuis quelques jours un réveil de l'activité. Au total, la crise sanitaire, si même elle était en cours d'être résorbée, pourrait coûter jusqu'à deux points de croissance du PIB chinois, sur les 6 prévus en 2020. Cela amputerait donc la croissance mondiale de 0,4%, par le seul repli chinois.

En France, si l'épidémie est proportionnellement identique à celle de Chine, l'impact sur l'économie française serait de 0,4% de croissance, soit le tiers de ce qui est prévu pour 2020.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Chine Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants