1 min de lecture Épidémie

Coronavirus : les Français rapatriés de Chine vendredi arrivés dans le Calvados

Les Français rapatriés de Chine sont arrivés dans le Calvados ce vendredi 21 février. Ils vont passer quatorze jours en quarantaine dans un centre de vacances afin de s'assurer qu'ils ne sont pas contaminés par le nouveau coronavirus.

Le bus des rapatriés de Wuhan arrivant au centre de vacances dans le Calvados, où ils seront confinés 14 jours
Le bus des rapatriés de Wuhan arrivant au centre de vacances dans le Calvados, où ils seront confinés 14 jours Crédit : Julien Caillard
Marie Gingault et AFP

La trentaine de Français rapatriés de Chine jeudi, ont atterri ce vendredi 21 février, en fin de matinée, à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Après un trajet en bus, ils sont arrivés dans le village de Branville dans le Calvados (14). 

Ces nouveaux rapatriés français vont devoir, à leur tour, passer deux semaines en quarantaine afin de s'assurer qu'ils ne sont pas contaminés par le nouveau coronavirus, qui a déjà tué plus de 2.200 personnes. "Il ne reste aujourd'hui qu'un seul patient hospitalisé" en France, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran ce vendredi 21 février. 

Ils doivent ensuite rejoindre le centre Pierre & Vacances Normandy-Garden à Danestal, à 15 km de Deauville. Le centre a été partiellement privatisé pour les accueillir. Le groupe Pierre & Vacances, propriétaire du centre, ne souhaite pas être associé à l'opération. Il a fait recouvrir son nom de scotch blanc sur tous les panneaux. 

Le nom du centre de vacances recouvert de scotch blanc sur tous les panneaux
Le nom du centre de vacances recouvert de scotch blanc sur tous les panneaux Crédit : Julien Caillard

Les vacanciers inquiets

En pleine période de vacances scolaires, leur arrivée inquiète les autres vacanciers présents au sein du village vacances. Alain, a décidé d'interrompre ses congés et de partir avant l'arrivée du groupe de rapatriés : "Normalement on devait rester ici jusqu'à samedi matin, raconte-t-il. Mais avec nous, il y a notre fille et un bébé de 4 mois. Donc on ne veut absolument pas prendre de risque, même si soi-disant il n'y en a pas (...) C'était pas ce qu'on avait rêvé." témoigne-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Normandie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants